Erik Orsenna : "A l'époque de Beaumarchais, La Comédie-Française c'était Google"

·1 min de lecture

Quand on pense à Beethoven, on imagine le génie de la musique classique, les symphonies et la surdité. Mais pas un homme ayant connu d'importantes difficultés financières toute sa vie durant. C'est l'une des surprises que l'on trouve dans le nouveau livre d'Erik Orsenna La passion de la fraternité : Beethoven, qu'il présente jeudi dans l'émission d'Anne Roumanoff Ça fait du bien. Selon lui, Beethoven était en permanence soumis à la bonne volonté de mécènes, à cause de l'absence de droits d'auteur.

>> Retrouvez toutes les émissions d'Anne Roumanoff de 11h à 12h30 sur Europe 1 en replay et en podcast ici

L'écrivain rend d'ailleurs hommage à ce système, dont il estime qu'il est mis en danger par les GAFA. "Ce qu'il s'est passé pourrait exactement se passer de nouveau", alerte-t-il. "Les droits d'auteur, c'est très récent. C'est Beaumarchais qui s'est battu pour les donner."

"Les acteurs tenaient les auteurs en otage, comme les plateformes le font aujourd'hui"

Avant cette création, les auteurs du théâtre souffraient également d'une grande insécurité financière. "A son époque, la Comédie-Française, c'était Google", tranche Erik Orsenna. "C'est-à-dire que les acteurs de la Comédie-Française disaient 'Si vous demandez trop pour votre pièce, on ne va pas la jouer'. Ils tenaient les auteurs en otage, comme les plateformes le font aujourd'hui."

Autre injustice : si la pièce ne trouvait pas son public et s'arrêtait rapidement, elle devenait la propriété des comédiens. "Et ils s'arr...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles