Erreur de prix en magasin ou sur internet : que dit la loi ?

Vous est-il déjà arrivé de relever une différence entre le prix affiché en magasin et celui sur votre ticket de caisse ? Vous n’êtes pas seul dans ce cas. Selon la DGCCRF (Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes) 8 % des produits sont concernés par une erreur de prix chaque année.

Découvrez nos astuces pour économiser au supermarché

Lorsque le prix d'un article en rayon diffère du prix lors du passage en caisse, la loi est en faveur du consommateur. En effet, cette erreur peut être assimilée à une pratique commerciale trompeuse. En cas de litige, le vendeur est dans l’obligation de vendre le produit au prix le plus avantageux pour le client. Vous êtes donc en droit d’exiger de payer le prix initialement affiché.

La première démarche consiste évidemment à trouver un accord à l’amiable avec le vendeur. Si cela n’aboutit pas en votre faveur, vous pouvez procéder à une mise en demeure par courrier recommandé avec accusé de réception à destination du directeur du magasin où a eu lieu le contentieux. N’oubliez pas de mentionner la date et la nature du litige. Le vendeur dispose d'un délai de 8 jours pour répondre. Passé cette échéance, vous pourrez saisir le tribunal de votre commune.

Tout objet à la vente doit être signalé par un marquage ou un étiquetage. Si ce n’est pas le cas, le vendeur est passible d’une amende administrative de 3 000 euros. L'entreprise risque, quant à elle, une amende de 15 000 euros. Prenez garde également aux (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite