Espionner les salariés en télétravail, des abus difficiles à prouver

Mon chef me surveille-t-il en secret lorsque je suis en télétravail ? Les technologies permettent au supérieur d'épier ses salariés, une pratique peu répandue car encadrée par la loi, mais sur laquelle les syndicats sont en alerte

Les méthodes pour savoir si les équipes sont bien au travail ne manquent pas, du voyant « connecté » sur la messagerie professionnelle aux logiciels espions. Lorsque ces derniers sont installés sur les ordinateurs des employés, rien ne peut leur échapper grâce à des techniques comme l'enregistrement des frappes du clavier ou encore des captures d'écran envoyées au supérieur toutes les cinq minutes.

Lire aussi >> Comment réenchanter le télétravail (mais si)

Les confinements ont dopé l'activité des sociétés spécialisées dans ce domaine au niveau mondial. L'une d'elles, l'américaine Hubstaff, revendique sur son site internet près de 600 000 clients actifs dans le monde. Et en France ? Ces logiciels sont illégaux, car non conformes au règlement sur la protection des données (RGPD). Quant aux dispositifs conformes au RGPD, « l'employeur a l'obligation d'informer les employés » au moment de leur installation, rappelle Xavier Delporte, directeur de la recherche à la Commission nationale informatique et libertés (Cnil). Et « tout est une question de proportionnalité » dans leur utilisation. Parmi ces dispositifs, par exemple, « le filtrage d'accès à certains sites internet, pour des questions de sécurité, ne doit pas dévier vers une vérification systématique des sites fréquentés par l'employé », rappelle Xavier Delporte.

« Culture de la surveillance »

La Cnil indique que « les plaintes concernant les outils de surveillance...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles