On a essayé la Crème nuit anti-âge de N.A.E.

Les soins bio N.A.E., qu’est-ce que c’est ?

Si vous ne connaissez pas N.A.E., il faut remonter en 1979, année où a été fondée Naturale Antica Erboristeria, une marque italienne qui s’inspire du savoir-faire de l’herboristerie transalpine pour créer des formules de soins certifiés bio par Ecocert. Les produits sont élaborés à partir de recettes italiennes et composés d’ingrédients d’origine naturelle et bio. Célèbre en Italie, la marque a fait son apparition sur le marché français il y a environ deux ans, avec ses formules sensorielles et écologiques. A base de plantes, de fleurs et de fruits inspirés de l’Italie, elle propose des produits authentiques et performants. Les emballages sont éco-conçus avec des flacons en PET 100% recyclables et recyclés, des tubes en plastique végétal et des étuis en carton recyclables.

Zoom sur la Crème nuit anti-âge bio de N.A.E.

A utiliser en complément de la Crème jour anti-âge bio N.A.E., ce soin bio, à appliquer le soir, est composé à 98% d’ingrédients d’origine naturelle. Cette crème à l’extrait de fleurs d’immortelle bleue, réputée pour ses effets antioxydants, et à l’acide hyaluronique, procure à la peau tout ce dont elle a besoin pour parfaire sa régénération pendant le sommeil. Autant d’actifs issus de la nature qui aident la peau à se régénérer pendant le sommeil et à permettre qu’elle conserve une bonne élasticité. Au réveil, la peau est hydratée, fraîche et éclatante

Notre avis sur la Crème de nuit anti-âge Bio de N.A.E.

Dès la sortie du pot, nous sommes séduits par ce soin généreux, à la texture douillette mais non grasse. La texture fond sous les doigts dès qu’on la masse sur la peau, sans laisser de film gras ni de résidus blancs sur le visage. C’est déjà un sans-faute ! Enveloppante, elle laisse tout de suite une sensation de confort. On craque pour son parfum fruité, très féminin, qui rend l’application encore plus agréable et invite à la détente. Après une bonne nuit de sommeil, les traits semblent reposés et la peau plus

(...) Cliquez ici pour voir la suite