Essence : ce détail inattendu qui alimente les pénuries

IADE-Michoko / Pixabay

Les semaines se suivent et se ressemblent aux abords des stations-service. Une nouvelle fois, samedi 12 et dimanche 13 novembre 2022, elles ont été prises d'assaut. La raison : la fin de l'aide de l'État permettant de diminuer de 30 centimes d'euros le prix au litre. En effet, comme annoncé, le 6 novembre 2022, dans les colonnes du Parisien, Bruno Le Maire avait expliqué que cette ristourne allait drastiquement diminuer 10 jours plus tard pour passer à 10 centimes d'euros. "Le budget de l’État ne peut pas subventionner sur une longue période les énergies fossiles. Cela serait contradictoire avec nos objectifs climatiques et dangereux pour nos finances publiques. Nous avons toujours dit que c’était une remise temporaire et que nous passerions ensuite à un soutien plus ciblé dès le début 2023. Ce soutien concernera ceux qui sont obligés de prendre leur voiture pour aller travailler comme les aides-soignants, les apprentis et les ouvriers", a ainsi confié le ministre de l'Économie.

Mais ce n'est pas la seule ristourne à laquelle les automobilistes vont devoir renoncer. En effet, en plus de devoir payer 20 centimes supplémentaires par litre, ils vont aussi débourser dix centimes supplémentaires dans les stations TotalEnergies. Le groupe va mettre fin à sa propre mesure mardi 15 novembre 2022 au soir. "C’est donc jusqu’à 30 centimes supplémentaires par litre que les automobilistes payeront dans plusieurs milliers de stations-service", ont rapporté nos confrères du Parisien, le 13 novembre (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite