Essence : pourquoi manque-t-on encore d’essence malgré la fin des grèves ?

Lionel Urman / Panoramic / Bestimage

Le mois d’octobre a été particulièrement délicat pour de nombreux automobilistes français. En cause, le conflit social lié aux raffineries TotalEnergies et Esso ExxonMobil, principaux distributeurs d’essence dans l’hexagone. Du côté du géant pétrolier Total, la CGT réclamait 10% sur l’ensemble de l’année 2022. "7 % pour compenser l’inflation et 3 % pour participer à la prospérité de l’entreprise. Le groupe a engrangé 18 milliards d’euros de profits au premier semestre", expliquait Sébastien Saliba, le Secrétaire général de la CGT de la raffinerie de Feyzin, commune française située dans la métropole de Lyon. Coté Esso, la revendication portait sur les salaires pour l’intersyndicale FO-CGT qui demandait alors une hausse de 7,5% pour 2022-2023. Et si le mouvement social s’est finalement essoufflé, de nombreuses stations-service, elles, sont toujours impactées et manquent de carburants.

"Ça ne se fait pas du jour au lendemain. Il faut quelques jours pour remettre la raffinerie en marche, il faut aussi réorganiser toute la logistique et les circuits de livraison", livre une porte-parole de TotalEnergies à nos confrères de La Dépêche le jeudi 3 novembre 2022. En effet, ce processus de réapprovisionnement peut prendre entre dix et vingt jours. Quatre régions sont particulièrement impactées par ce lent retour à la normale. L’Ile-de-France, La Normandie, la Bourgogne Franche-Comté, et enfin la région Auvergne Rhône-Alpes. Bonne nouvelle pour les automobilistes en revanche, les stations-service (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite