Estelle Lefébure : "Ma fille Ilona connaît tout de ma vie, et je connais tout de la sienne"

Séverine Pierron

Estelle Lefébure, top-modèle reconvertie en reine du wellness, publie Orahe - Vivre au rythme de son cœur. Et c’est Ilona Smet, sa fille aînée, qui signe les photos : la filiation artistique comme une évidence, deux ans après la disparition de Johnny. En exclusivité pour Madame Figaro, mère et fille, toutes deux égéries Mixa, se prêtent à un shooting joyeusement complice. Et se livrent, pour le meilleur.

Dabord, il y a cette complicité, évidente. Des yeux qui brillent, des mots chuchotés à l'oreille suivis d'éclats de rire contagieux. Et puis, cette photogénie, impossible. Depuis plusieurs heures, les flashs blancs se succèdent. Tout le monde est groggy, mais Estelle Lefébure et Ilona Smet prennent la pose, se plient aux exigences du photographe et de la styliste, souples, attentives, enthousiastes. Estelle sait mieux que personne quelle image sera la bonne et, lorsqu'elle jette un œil au moniteur vidéo sur lequel s'affichent en temps réel les instants capturés, elle ne se trompe pas : "C'est celle-là !" La vérité, c'est que toutes les photos sont "vraies".

Le regard bleu acier d'Ilona est comme un feu sourd, et la beauté d'Estelle, une chaleur qui irradie. De cet indéfectible lien, les deux ont fait une collaboration. Férue de yoga et du "bien manger", Estelle s'est inventé une deuxième carrière en gourou wellness façon Gwyneth Paltrow. Déjà auteure de trois best-sellers autour du bien-être (le premier, Orahe - La Méthode Estelle Lefébure, sorti en 2015, s'était écoulé à 30.000 exemplaires), elle sort, ces jours-ci, Orahe - Vivre au rythme de son cœur (Éditions Flammarion). Un guide pour "s'ouvrir aux autres et à soi", comme elle le dit. C'est sa fille Ilona, 24 ans, qui signe les portraits photos intimes de sa mère parsemant le livre. Discrète, l'aînée des filles qu'elle a eues avec David Hallyday sait pourtant ce qu'elle veut : (...) Lire la suite sur Figaro.fr

Leïla Bekhti : "Je suis enceinte et heureuse"
Cindy Bruna : "Si j'y suis arrivée, d'autres peuvent le faire"
Mélanie Laurent : "C’est parce que j’ai rencontré un Américain qui vit à Los Angeles que je suis partie"
Inscrivez-vous à la newsletter du Figaro Madame