Esthétique : les millennials accros aux injections

Marie Munoz

Pour la première fois, les 18-34 ans pratiquent plus d'interventions esthétiques que les 50-60 ans ! La nouveauté ? Fini l'effet naturel, les millenials s'inspirent des réseaux sociaux et imposent de nouveaux codes.

S'exposer à la face du monde

Avant, les patientes - et les patients - avaient plus de 40 ans et longeaient discrètement les couloirs des centres esthétiques, en sortant si possible par la porte de derrière. Aujourd'hui, la génération Y - les 18-34 ans, qui ont davantage recours à la chirurgie esthétique que les 50-60 ans* - partage son expérience en filmant les interventions pour poster des stories, et le « look my chir » fait loi. Première génération à avoir adopté le Smartphone, les millennials font volontiers circuler les coordonnées des médecins et valident, à coups de likes, des lèvres fraîchement pumpées. « Lors de ma première injection, j'ai tout de suite fait un selfie pour que mes amis voient le résultat, et savoir s'ils trouvaient ça bien », témoigne Agnès, une étudiante de 23 ans, qui jugeait sa bouche trop petite. « Tout est sujet à selfie », confirme le Dr François Niforos, chirurgien plastique : « Les filles, surtout, se prennent en photo dès qu'on leur a enlevé l'attelle de rhinoplastie, alors que le nez est encore gonflé. Je suis même obligé de les freiner pendant une injection ou une consultation. » Pour Michaël Stora, psychologue spécialiste des réseaux, « aujourd'hui, s'exposer, c'est exister ».

Ne pas craindre le too much

Les critères de « beauté naturelle » sont totalement obsolètes pour cette nouvelle patientèle et toute transformation doit impérativement être visible dans la vie, mais surtout sur...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi