Etats-Unis : une mamie de 69 ans a pris des dizaines de fois l'avion sans payer

·2 min de lecture
La sexagénaire a réussi à de nombreuses reprises à déjouer les contrôles de sécurité (Photo : Scott Olson/Getty Images)

Connue depuis des années par la justice américaine et déjà arrêtée à plusieurs reprises, l'intenable sexagénaire, qui souffrirait d'un trouble obsessionnel compulsif, a récidivé ce mardi.

Elle ne peut tout simplement pas s'en empêcher. Ce mardi à l'aéroport O'Hare de Chicago (Etats-Unis), une femme âgée de 69 ans a été arrêtée alors qu'elle tentait d'entrer sans billet dans un terminal d'embarquement. Bien connue des services de justice locaux au point d'avoir été surnommée la "passagère clandestine en série", Marilyn Hartman est en effet loin d'en être à son coup d'essai.

Vidéo. Des voyageurs se rendent sur l’île de La Réunion avec de faux justificatifs

Selon The Independent, elle serait parvenue à prendre l'avion une trentaine de fois sans billet ni papier d'identité depuis 2002. Si la plupart de ses tentatives réussies ont concerné des vols intérieurs aux Etats-Unis, la "passagère clandestine en série" a aussi réussi à voler plusieurs fois vers l'Europe, embarquant illégalement pour Copenhague, Paris ou, plus récemment, Londres.

Sa dernière arrestation remontait à 2019

Condamnée à de multiples reprises et arrêtée pour la dernière fois en 2019, Marilyn Hartman faisait l'objet d'un suivi judiciaire sous la forme d'un bracelet électronique, dont le signal d'alarme s'est déclenché alors qu'elle arrivait à l'aéroport international O'Hare, ce qui a conduit à cette nouvelle arrestation. Actuellement détenue pour "intrusion", elle pourrait également être cette fois poursuivie pour "évasion criminelle", indique The Independent.

Ouest France signale toutefois que les expertises psychologiques ont révélé que les incessantes récidives de la sexagénaire pourraient relever d'une "forme de trouble obsessionnel compulsif (Toc) qui lui fait commettre cet acte illicite, à répétition, de manière compulsive et irrationnelle". Reste désormais à voir comment cette dimension pathologique sera prise en compte par les prochaines décisions de justice dans cette étonnante affaire.

Ce contenu peut également vous intéresser :