Etes-vous une "perfectionniste émotionnelle" ?

"Perfectionniste" : voilà un mot qui revient à chaque entretien d'embauche pour résumer – de manière un peu ringarde – ses défauts. Le perfectionnisme est aussi une vertu complexe qui peut progressivement vampiriser votre vie professionnelle, vous incitant à un investissement constant, quitte à sombrer dans le burn-out.

Mais de plus en plus de voix expertes s'accordent également pour lui accorder son équivalent psychologique : le perfectionnisme émotionnel. Le perfectionnisme émotionnel consiste à vouloir tout maîtriser, et en premier lieu ses émotions et notamment celles qui ont trait au stress, aux menaces, à l'anxiété.

Un perfectionniste désirera de fait surpasser sa tristesse et sa peur, sa vulnérabilité. En gros, ce petit quelque chose qui constitue notre humanité. Une réaction bien naturelle aux obstacles de la vie... mais pas si saine.

Une source subtile d'anxiété

Car selon la Dr Annie Hickox, psychologue clinicienne et consultante pour le site de santé Ms Society, le perfectionnisme émotionnel est une source subtile d'anxiété. Un beau paradoxe, alors que la volonté de maîtriser pleinement ses émotions émane d'un rejet de l'anxiété – ou de la crainte d'y sombrer.

Quand on est un perfectionniste émotionnel, notre mal-être vient en partie du fait que l'on se refuse à accepter les impressions négatives qui nous traversent l'esprit, et plus encore à les exprimer face à autrui. Un refus systématique, presque un déni, qui revient à...

Lire la suite


À lire aussi

Et si le perfectionnisme était une vilaine qualité ?
Etes-vous victime de "breadcrumbing" au bureau ?
Pourquoi êtes-vous féministe ? Voici vos réponses

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles