Euro 2022 : des disparités salariales énormes entre footballeurs et footballeuses

© Dave Thompson/AP/SIPA

Malgré l’engouement nouveau et les efforts timides pour l’égalité à travers le monde, le football reste un des domaines les plus inégaux entre femmes et hommes, avec des différences salariales de plusieurs millions d’euros parfois.

Après des victoires en série et un fort engouement pour la coupe du monde de football féminin en 2019, reste encore la question des différences salariales entre les Bleues et les Bleus. Avec l’Euro 2022 féminin et les premières percées des joueuses françaises, ressurgit le sujet des profondes inégalités femmes-hommes qui subsistent dans la discipline du ballon rond.

On sait par « RMC Sport » que les joueuses de l’équipe de France de football toucheront une prime de 60.000 euros en cas de sacre à la très attendue compétition. C’est 20.000 de plus qu’en 2019. C’est surtout 240.000 euros de moins que leurs homologues masculins pour les mêmes conditions. Pour remettre les choses dans leur contexte, les joueuses autant que les joueurs dans l’équipe nationale ne sont pas salariés mais « missionnés » par la Fédération française de football (FFF). Elles et ils sont donc mises à disposition de l’équipe de France par leurs clubs privés respectifs, et touchent donc des primes de participation, voire de victoire, mais pas de salaires.

Un système compliqué à mettre en place

Les primes touchées par les joueuses et les joueurs sont donc reversées par la FFF. Elles sont indexées sur la somme que touche elle-même la Fédération de l’UEFA, en fonction de la performance des joueuses. Mais pas que. Car chez les hommes, l’UEFA avait versé au vainqueur de l’Euro 2021 une somme totale de 28,5 millions d’euros, correspondant à...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles