Les Eurockéennes annulées : "Ne pas sacrifier l'esprit du festival sur l'autel de la pandémie"

·1 min de lecture

Quand la culture retrouvera-t-elle des couleurs, après un an d'épidémie de Covid-19 ? L'horizon est flou, et le protocole sanitaire proposé par les autorités pour les spectacles et événements prévus cet été - 5.000 personnes maximum, assises et distanciées -, semble tout bonnement inapplicable pour beaucoup. Le Festival de la BD d'Angoulême jette l'éponge, et renonce à l'édition en plein air qu'elle avait envisagée pour la fin juin. Même chose pour les Eurockéennes de Belfort, prévues début juillet, mais qui ne pouvaient pas se tenir dans ces conditions, explique au micro d'Europe 1 le directeur du festival, Jean-Paul Roland.

>> Retrouvez tous les journaux de la rédaction d'Europe 1 en replay et en podcast ici

"Plus des deux tiers" des spectateurs défavorables au protocole

"Quand on a demandé aux festivaliers ce qu'ils pensaient de ces mesures, on a vu que plus des deux tiers refusaient de venir si c'était dans des conditions assises et distanciées, considérant que le festival n'est pas simplement un lieu de spectacle, mais un lieu d'interactions sociales", justifie le responsable, alors que les Eurockéennes devaient, notamment, accueillir le groupe Massive Attack. 

"D'autre part, au moment de notre conseil d'administration, il a clairement été dit par nos administrateurs de ne pas sacrifier l'esprit du festival sur l'autel de la pandémie", poursuit Jean-Paul Roland. "Il fallait préférer assurer la survie de la structure plutôt que de se projeter tout de suite dans une ...


Lire la suite sur Europe1