EuroMillions : les gagnants des 157 millions dévoilent ce qu’ils ont fait de leur gain

·2 min de lecture

Comme tous les gagnants de l’EuroMillions, Thibaut et sa compagne peuvent aujourd’hui s’offrir un nouveau quotidien. Mardi 1er septembre 2020, ces chanceux ont remporté le jackpot de 157 millions d’euros mis en jeu par la loterie européenne grâce à leur flair. Les deux quadragénaires avaient en effet réussi à trouver les cinq bons numéros (4, 8, 10, 33, 46) et les deux bonnes étoiles (8 et 11). Ces nouveaux riches profitent donc de leur joli pactole depuis cinq mois, mais ne semblent pas en avoir assez. Joueurs, ils ont retenté leur chance pour le tirage du vendredi 19 février 2021 et espèrent remporter, cette fois encore, le jackpot historique de 202 millions d’euros, promis au gagnant. "Nous avons bien sûr joué tous les deux. Nous nous en remettons à la chance et nous souhaitons à tout le monde de gagner", a en effet expliqué l’Alsacien dans Le Parisien vendredi 19 février 2021.

Les deux grands gagnants semblent avoir pris goût à l’argent. "On se fait plaisir", a-t-il assuré avant de dévoiler ce qu’ils avaient fait de leurs millions : "On aide, en priorité, beaucoup la famille On ne fait pas de folies, mais un peu de shopping : de la maroquinerie et du prêt-à-porter essentiellement". Le couple s’est toutefois laissé tenter par "une villa très spacieuse dans un environnement très prisé et très agréable", pour laquelle ils ont eu un véritable "coup de cœur" et dans laquelle ils emménageront bientôt. Les voyages dans des destinations lointaines ne sont pour l'heure pas au programme, à cause de la pandémie de Covid-19. "Nous attendons cela avec impatience, de pouvoir en profiter pleinement. Nous avons beaucoup de projets de voyage", ont-ils fait savoir. Même son de cloche pour les restaurants étoilés : le couple devra encore attendre pour goûter ces plats d'exception, mais pas de quoi les frustrer. "Je suis surtout triste pour les restaurateurs", a affirmé Thibaut.

Le fait maison auquel étaient habitués les deux Alsaciens d’une quarantaine d’années leur suffi d’ailleurs (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite