Publicité

Pour les européennes, Ségolène Royal souhaite conduire une liste « d’union » de gauche avec LFI

Ségolène Royale, invitée des universités d’été de la France insoumise, vendredi 25 août 2023. F(Photo by JEFF PACHOUD / AFP)
Ségolène Royale, invitée des universités d’été de la France insoumise, vendredi 25 août 2023. F(Photo by JEFF PACHOUD / AFP)

POLITIQUE - Alors que les partis de la Nupes se déchirent sur la stratégie à adopter pour les européennes, Ségolène Royal prend les devants. En marge des universités d’été de La France insoumise à Châteauneuf-sur-Isère (Drôme) où elle était invitée ce vendredi 25 août, l’ancienne candidate socialiste à la présidentielle de 2007 a annoncé son intention de conduire une liste « d’union » de gauche pour les européennes.

« Je pars dans une dynamique de convergence », avec notamment LFI et les jeunes socialistes, qui se sont prononcés en faveur d’une liste commune aux élections européennes, a notamment déclaré Ségolène Royal devant la presse. « On a besoin d’un ordre juste en Europe (...) On va leur montrer qu’il y a une alternative », a-t-elle encore dit, se défendant de tout « retour en arrière ».

« La cause que nous défendons est plus grande que nous », a-t-elle asséné. « On a un paysage politique où l’extrême droite peut avoir la majorité au Parlement européen, a-t-elle expliqué. Le jour où ça va arriver on dira : ah, mais si on avait su, on se serait uni... ».

Les socialistes se prononceront fin septembre

« Il faut une liste de la Nupes aux européennes », a réagi le dirigeant de LFI, Manuel Bompard, après l’annonce de Ségolène Royal. « Pour ce qui est de la tête de liste (...) il faut qu’elle soit en capacité de réunir les forces de la Nupes et de porter son programme », a-t-il ajouté.

L’initiative devrait faire parler d’elle, alors que les Verts et les communistes ont exclu toute liste commune pour cette échéance électorale et ont d’ailleurs déjà désigné leurs têtes de liste.

Du côté des socialistes, le Premier secrétaire Olivier Faure a défendu jeudi dans un entretien à Libération le principe d’une liste autonome autonome de son parti aux élections européennes de juin. « La gauche, même lorsqu’elle gouvernait, n’a jamais été rassemblée sur les échéances européennes, sujet sur lequel les sensibilités à gauche sont les plus exacerbées » , a rappelé Olivier Faure.

Mais cette option ne fait pas l’unanimité au sein du parti socialiste, et le patron du PS souhaite qu’un débat ait lieu. « Je veux que les socialistes se prononcent à la fin du mois de septembre », a-t-il ainsi annoncé. En effet, l’option d’une liste commune à la gauche est privilégiée par certains socialistes à l’image du député Jérôme Guedj, qui considère sur France Info ce vendredi qu’il « ne faut pas fermer la porte à une liste commune de manière aussi brutale ».

À voir également sur Le HuffPost :

Européennes : Olivier Faure défend le principe d’une liste autonome du PS (et va consulter les militants)

Pendant que la NUPES se déchire, leurs jeunes veulent « montrer l’exemple »