Examen : je dois passer un bilan hépatique

Au laboratoire d’analyses médicales, on réalise un prélèvement sanguin le matin, à jeun, pour établir le dosage d’un certain nombre d’enzymes hépatiques (des substances participant par exemple à la digestion) mais également de la bilirubine (un pigment résultant de la destruction des globules rouges au niveau de la rate), qui circule en faible quantité dans le sang, et de l’albumine, une protéine synthétisée par le foie qui constitue 50 à 65 % du plasma sanguin et participe au transport de la bilirubine dans le sang.

Quand le foie dysfonctionne, cela peut provoquer la fameuse jaunisse (accumulation anormale de bilirubine sous la peau) mais aussi des urines foncées et des selles peu colorées, des nausées, des vomissements accompagnés de fatigue, amaigrissement, douleurs abdominales… Le bilan permet ainsi de dépister une atteinte de la fonction hépatique (inflammation, lésion). Il peut également évaluer l’état du foie après une intoxication médicamenteuse (ou en cas de traitement agressif pour cet organe). Mais encore dépister ou suivre l’évolution d’une maladie hépatique : fibrose, stéatose, cirrhose, hépatite, cancer.

À moins d’avoir la phobie des piqûres, cette prise de sang réalisée dans le pli du coude est majoritairement vécue sans angoisse particulière ni douleur.

La prise de sang doit être effectuée à jeun : il faut cesser de manger et de boire – sauf de l’eau, qui reste autorisée – douze heures avant l’examen. Comme pour tout bilan sanguin, il est également préférable de (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles