Examen : je dois passer une cytoponction thyroïdienne

Comment ça se passe ?

Ce geste technique se déroule au cabinet de l'endocrinologue ou chez le radiologue. On vous fait allonger sur le dos et mettre la tête en arrière. Le médecin enfonce une aiguille dans le nodule, sous guidage échographique afin de bien repérer son emplacement, et effectue de petits mouvements pour prélever des cellules. Au besoin, il peut repiquer une à deux fois. S'il y en a plusieurs, il effectue le même geste sur un ou deux autres masses, mais il n'est pas nécessaire de ponctionner chacun d'eux. Le tout dure environ quinze minutes.

Ça sert à quoi ?

On y a recours lorsque certains signes à l'échographie laissent penser qu'un nodule thyroïden pourrait être cancéreux : couleur gris foncé, microcalcifications, forme particulière, contours irréguliers... Mais on dose toujours la TSH (hormone thyréostimulante) au préalable : si elle est basse, il peut s'agir d'un nodule toxique, qui sécrète des hormones thyroïdiennes (à confirmer par une scintigraphie de la thyroïde). Ces derniers étant toujours bénins, il n'est alors pas utile de réaliser une cytoponction.

Même pas peur, même pas mal

La sensation est désagréable, surtout lorsque l’aiguille (heureusement très fine) traverse le muscle. Mais la douleur est en principe bien supportée. L'examen se pratique sans anesthésie. Certains médecins peuvent appliquer une petite crème anesthésiante locale.

Quelle préparation ?

Il faut simplement avoir le cou bien propre et n'y appliquer aucune crème ni parfum. La prise d'anticoagulants ou d'antiagrégants, telle de l'aspirine, n'est pas une contre-indication formelle mais il faut dans l'idéal (avec l'accord de son médecin) arrêter le traitement avant pour limiter le risque d'hémorragie.

Et après ?

On peut rentrer chez soi tout de suite après le rendez-vous. Un hématome ainsi qu’une douleur type torticolis peuvent parfois apparaître pendant trois à quatre jours, à soulager avec du paracétamol. Un cytologiste analyse les cellules prélevées et envoie les résultats quelques jours

(...) Cliquez ici pour voir la suite