EXCLU - Bernard Dumeige ("Affaire conclue") : cet accident qui a bouleversé sa vie

Parmi les acheteurs de l'émission d'Affaire conclue sur France 2, certains sont plus excentriques, comme Pierre-Jean Chalençon, d'autres moins expansifs. Bernard Dumeige est l'un des plus discret de la bande. Cet homme de 61 ans, originaire de la Somme et installé à Eymet en Dordogne depuis trente-deux ans, a eu une vie "compliquée" comme il l'a qualifiée lui-même lors d'une interview qu'il a accordée à Femme Actuelle. Ayant perdu très tôt sa mère, morte à 40 ans, alors qu'il n'était encore qu'un jeune adolescent, il a dû faire face et se prendre en charge très jeune. Après avoir obtenu un CAP d'électricien bâtiment à l'âge de 18 ans, il obtient un poste de pompiste sur l'autoroute du Nord.

"J'ai eu un très grave accident de moto qui m'a handicapé à vie"

Comme un malheur n'arrive jamais seul, ce qui aurait pu être le démarrage d'une vie normale se trouve brutalement stoppé. Bernard Dumeige est victime d'un terrible accident de la route. A seulement 19 ans. "En 1977, j'ai eu un très grave accident de moto qui m'a handicapé à vie avec de grosses séquelles m’empêchant de travailler pendant un an et demi" nous confie le collègue de Julien Cohen, l'homme aux lunettes bleues. Le brocanteur reprend sa vie tant bien que mal. Mais au bout de quelques années, la situation s'aggrave. "Suite à des complications de mon état de santé, je ne pouvais plus rester debout comme on peut l'être dans une station-service," nous explique-t-il en poursuivant, "je suis rentré comme chauffeur dans une société de transports de convoi exceptionnel. Cela me permettait de travailler assis. Je l'ai fait pendant quelques années, de 1986 à 1988."

Son état de santé ne s'améliore pas pour autant. Bernard Dumeige nous raconte les conséquences subies, bien des années plus tard après son accident, alors qu'il avait lancé une entreprise d'entretien de parcs et jardins : "fin 2004, la Mutualité sociale agricole m'a mis en invalidité totale définitive vu mon état." Avec un impact financier catastrophique. "J'avais

(...) Cliquez ici pour voir la suite