EXCLU - Gratien Leroy (“Objectif Top Chef”) : les critiques des réseaux sociaux, son rapport avec Philippe Etchebest, son changement de métier... il se confie

Il a 29 ans et n’a jamais pris un seul cours de cuisine de sa vie. Pourtant, Gratien Leroy a bel et bien remporté la compétition Objectif Top Chef, ouverte pour la première fois cette année aux amateurs. Une chance pour le jeune comptable, qui misait sur cette expérience pour se prouver à lui-même que la cuisine est sa vocation. Après dix ans passés à en rêver devant sa télévision, Gratien intègre finalement le prestigieux concours Top Chef avec les manchettes bleues de la brigade de Philippe Etchebest. À cette occasion, Femme Actuelle s’est entretenu avec “le sanglier des Ardennes”, comme le surnomme déjà son nouveau chef, sur son parcours dans l’émission de M6 ainsi que sur ses projets d’avenir.

Femme Actuelle : Que ressentez-vous à l’idée d’avoir remporté Objectif Top Chef et d’avoir battu plusieurs apprentis cuisiniers ?Gratien Leroy : C’est quelque chose d’extraordinaire. Ça a été dur parce qu’il faisait très chaud, il y avait beaucoup de niveau en face donc il a fallu vraiment se dépasser. C’est une grande fierté d’avoir pu représenter les amateurs et les passionnés de cuisine. D’avoir gagné un concours aussi prestigieux, c’est déjà énorme. Et puis ça m’ouvre l’accès à Top Chef, c’est un rêve de gosse. Je n’ai pas loupé une saison, c’est d’ailleurs la seule chose que je regarde à la télé.

Qu’est-ce qui vous a incité à aller au-delà du petit plat tout simple que l’on fait tous chez nous ? G.L.: J’ai commencé à cuisiner après mes études, ça fait environ 6-7 ans. Au début, je faisais des trucs tous simples, tous moches. Et petit à petit on progresse, on travaille sur ce qui ne va pas, on apprend les leçons. Je n’ai jamais suivi de cours de cuisine. J’ai tout appris tout seul, en essayant et en faisant des erreurs, dans les livres et sur internet. Quand j’ai commencé je faisais des assiettes peu sophistiquées. Et puis j’ai travaillé, et travaillé, et petit à petit on prend des réflexes de dressage, on s’améliore en termes de goûts… Et puis voilà quoi, on devient vainqueur

(...) Cliquez ici pour voir la suite