EXCLU - Justine (“Top Chef” 2020) : sa réaction aux critiques qui la disent "insupportable", son parcours, les coulisses de l’émission… Elle se confie

La joie de vivre, elle en a fait son mantra. Parmi tous les candidats de cette onzième saison de Top Chef, Justine Piluso est sans aucun doute celle qui a le plus fait parler d’elle. Sa bonne humeur sans limite et sa voix de princesse Disney ont beaucoup divisé les internautes. Certains la trouvent rafraîchissante, tandis que d’autres la trouvent tout simplement insupportable. Mais pas de quoi déstabiliser cette jeune cheffe de 27 ans, propriétaire de son restaurant Le Cappiello (jusqu’à sa vente en décembre 2019, ndlr). La candidate, jusqu’ici solitaire, a finalement pu intégrer une brigade lors du deuxième épisode diffusé le mercredi 26 février 2020. Désormais membre à part entière de l’équipe violette, dirigée par le nouveau juré Paul Pairet, Justine n’a pas peur de se frotter à plus fort qu’elle. Elle compte sur sa détermination pour l’emmener le plus loin possible.

Femme Actuelle s’est entretenu avec cette jeune femme à la personnalité haute en couleurs. Son rapport avec les autres candidats et les chefs, son parcours professionnel, son mari, son expérience de la télévision, ce qu’elle pense des critiques à son égard… Justine Piluso nous raconte tout.

Femme Actuelle : Pourquoi avoir participé à Top Chef ? Justine Piluso : Il faut savoir que tout professionnel rêve d’intégrer un concours de prestige comme Top Chef. Mais c’est un peu mon mari qui m’a poussée. J’ai passé le casting, ça m’a beaucoup plu et j’ai voulu tenter l’expérience. Il y avait un contexte assez incroyable avec le restaurant, j’ai été soutenue et motivée par mon entourage et mes clients et je trouvais que c’était aussi un beau challenge pour moi que de me mesurer à d’autres restaurateurs. Un concours ça stimule !

Si vous aviez pu choisir une brigade à l’issue du premier épisode, vers quel chef seriez-vous allée ? J.P.: J’apprécie énormément le chef Philippe Etchebest. J’aurais voulu être dans la brigade bleue mais je ne voulais pas faire de jaloux, peu importe, il fallait que je sois dans une brigade

(...) Cliquez ici pour voir la suite