Exclusif : Voici le Sethunya, un diamant brut extra-pur de 549 carats

·2 min de lecture

Après avoir présenté en janvier dernier le Sewelô, une gemme noire de 1 758 carats, Louis Vuitton dévoilera prochainement son pendant blanc, le Sethunya, un diamant brut extra-pur de 549 carats. Le voici, en exclusivité mondiale.

Lorsque Louis Vuitton, le numéro un mondial du luxe annonce un deuxième partenariat avec la mine africaine Lucara Diamond Corp. et le tailleur anversois HB Company afin de présenter à ses clients un caillou vierge de toute taille, on se demande s’il ne serait pas en train de bousculer les règles de ce métier. Car d’ordinaire, dans la joaillerie – secteur où le malletier opère depuis 2001 –, le commerce des pierres brutes se fait dans un circuit spécialisé avec autant d’étapes que d’intermédiaires. Proposer aux amateurs un diamant nu cristallisé dans les entrailles de la terre il y a un, voire deux milliards d’années ne manque pas de sel. Comme si, au début du XXe siècle, Picasso avait vendu ses tubes de peinture bleue avant de peindre « Autoportrait » ou « Femme aux bras croisés »…
« Pour la joaillerie, je pense que ce modèle est celui de l’avenir, affirme Michael Burke, P-DG de Louis Vuitton. Quand on a commencé à organiser des expositions du Sewelô à travers le monde, la réaction du public a dépassé toutes nos attentes. Outre l’attraction millénaire de l’homme pour les gemmes, a fortiori lorsqu’elles sont brutes, donner à nos clients la possibilité de suivre la taille, de participer de A à Z à la création du bijou est unique. Avec une provenance clairement établie, la suppression des intermédiaires dans un marché souvent occulte, on leur offre une expérience de haute joaillerie véritablement inédite. »

Une princesse des glaces

Découvert en février 2020 dans la mine de Karowe, au Botswana, ce nouveau diamant de 549 carats a été baptisé Sethunya, qui signifie « fleur » en setswana, la langue indigène. Une référence aussi à l’un des emblèmes de Louis Vuitton, la fleur de Monogram. Ce précieux spécimen ne doit sa(...)


Lire la suite sur Paris Match