Publicité

Excuses d'une grande agence de J-pop après des accusations d'agression sexuelle

La principale agence de jeunes talents de la pop japonaise s'est excusée après des accusations d'agression sexuelle portées contre son fondateur Johnny Kitagawa, aujourd'hui décédé, alors que des fans exigeaient lundi que l'entreprise mène une "enquête approfondie" sur l'affaire.

Le mois dernier, le chanteur nippo-brésilien Kauan Okamoto a déclaré avoir subi des attouchements répétés de la part de Johnny Kitagawa, qui avait créé l'empire du divertissement Johnny and Associates.

Kauan Okamoto a affirmé que Kitagawa, décédé d'un accident vasculaire cérébral à 87 ans en 2019, l'avait agressé pendant les quatre années qu'il a passées au sein de l'agence, jusqu'en 2016, à partir de l'âge de 15 ans.

Il est l'un des rares à évoquer publiquement le passé du créateur de stars en matière d'abus sexuels sur de jeunes garçons, une controverse qui a refait surface après un récent documentaire de la BBC. Johnny Kitagawa n'a jamais été inculpé pour ces accusations.

"Je ne tolère absolument pas ces actes"

Julie Fujishima, nièce de Kitagawa et actuelle présidente de Johnny and Associates, a abordé la question dans une vidéo et une déclaration écrite publiées dimanche soir. Dans la vidéo, elle présente des excuses "sincères" pour les problèmes causés par les accusations.

"Il est évident que nous ne pensons pas qu'il n'y a pas eu de problème. En tant qu'entreprise et en tant qu'individu, je ne tolère absolument pas ces actes", indique la déclaration, en référence au documentaire et au témoignage de Kauan Okamoto.

"Il n'est pas facile pour nous de déclarer simplement par nous-mêmes si des allégations individuelles peuvent être reconnues comme des faits ou non, alors que nous ne pouvons pas les confirmer avec l'individu directement concerné, Johnny Kitagawa", a-t-elle écrit.

"Ce n'est pas le genre de circonstance où on peut se faire pardonner en disant 'Je ne savais pas'. Mais la vérité est que je ne le savais pas", a ajouté Julie Fujishima, cadre de longue date à l'agence.

"Une enquête approfondie"

Un groupe de fans appelé Penlight a déclaré lundi que la décision de l'entreprise de publier des déclarations en ligne, plutôt que d'organiser une conférence de presse, avait laissé de nombreuses questions sans réponse.

"Nous demandons à l'entreprise de mener une enquête approfondie et de reconnaître les faits, de prendre ses responsabilités en tant qu'entreprise et de présenter ses excuses aux victimes de violences sexuelles", a déclaré l'association.

Johnny Kitagawa a lancé son agence de jeunes talents dans les années 1960 et a formé des groupes célèbres de J-pop comme SMAP, TOKIO et Arashi.

Article original publié sur BFMTV.com