Il existe des manières saines de grignoter entre les repas (si, si)

Il est varié et n'est pas consommé le soir devant la télé; le bon snack est donc l'inverse de cette photo. | JESHOOTS.com via Pexels
Il est varié et n'est pas consommé le soir devant la télé; le bon snack est donc l'inverse de cette photo. | JESHOOTS.com via Pexels

La tradition de la table l'a longtemps mis de côté en France, mais le grignotage continue de progresser. Selon une étude du Crédoc (Centre de recherche pour l'étude et l'observation des conditions de vie) parue en 2018, 38% des Français se laisseraient aller à au moins un «hors repas» tous les jours ou presque. Une chiffre en augmentation depuis les années 2000.

Devant cette habitude souvent culpabilisée, la science n'est pas si moralisatrice. Si l'on s'y prend bien, grignoter entre les repas s'avère même bénéfique. Un en-cas peut permettre de couper la faim, redonner de l'énergie, apporter des nutriments importants et nous éviter de trop manger à l'heure du repas. Des arguments d'autant plus valides que nos journées sont de plus en plus chargées, d'après les chercheurs en nutrition.

Mais il y a le bon et le mauvais en-cas. Grignoter est souvent, et pour une bonne raison, associé à une augmentation des risques de maladies cardiovasculaires et d'obésité. La faute à une industrie qui nous bombarde de sucres ajoutés, de graisses saturées, de sodium et de calories non nécessaires.

Toutes les fringales ne sont d'ailleurs pas à satisfaire. «On pense souvent avoir faim alors que c'est en fait la soif qui se manifeste», note Grace Derocha, diététicienne dans le Michigan. Elle suggère donc d'essayer de boire un verre d'eau avant de craquer pour un en-cas, tout en faisant attention aux boissons sucrées qui, en plus des glucides, peuvent nous faire ingérer beaucoup de calories avant de combler la soif.

Quant au grignotage nocturne, il est généralement à proscrire. La recherche montre que la nuit pousse à un grignotage beaucoup moins diététique qu'en journée, fait de sucreries et de gras. Et la télévision avec laquelle il est souvent couplé pousse à la surconsommation. «Si vraiment vous décidez de grignoter le soir, prévoyez ce que vous allez manger à l'avance pour ne pas être tenté…

Lire la suite sur Slate.fr