Il existe une technique (très simple) pour arrêter de ruminer le soir avant de dormir

Cottonbro

Mettre fin au cycle infernal de nos pensées. Tout le monde aimerait pouvoir y arriver. Alors que vous vous pensiez très fatigué·e et prêt·e à tomber dans les bras de Morphée, vous fermez les yeux et vous vous retrouvez à voir défiler un flot continu de pensées négatives et angoissantes. Tâches à accomplir, événements à organiser, incidents passés ressassés à outrance et autres joyeusetés, toutes les pensées les plus stressantes font surface au moment où vous auriez justement besoin de mettre votre cerveau sur pause. C’est bien souvent cette tendance à réfléchir abusivement (et à s’inquiéter) qui peut mener aux insomnies.

"De nombreuses personnes trouvent qu’elles ruminent plus facilement au moment du coucher et c’est en partie à cause du fait que l’on est moins soumis aux stimulus extérieurs qui nous gardent éloignés de ces pensées au cours de la journée", tente d’expliquer Juulia Karlstedt, spécialiste de l’anxiété, au magazine Stylist.

"Nous avons souvent tendance à essayer de résoudre des problèmes ou donner du sens à des situations qui n’ont pas d’explication simple ou qui sont inchangeables, ce qui a pour résultat de nous faire tourner en boucle", illustre Juulia Karlstedt. Alors, pour éviter de repenser à ce moment gênant vécu il y a trois ans, cette réponse froide d’un proche ou ce sourire qui semble moqueur avec du recul, Jenna Vyas-Lee, psychologue clinicienne, conseille de prévoir un "worry time" durant la journée, à savoir, un moment dédié à l’inquiétude.

Au moment voulu, (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

L'espérance de vie des enfants nés en 2022 devrait dépasser les 90 ans, selon une étude de l'Insee
Mois sans tabac : quels sont les impacts de la cigarette sur la sexualité masculine ?
Sommeil : qu’est-ce que la "sieste militaire", cette position originale pour se reposer ?
Un logement trop froid pourrait nuire à votre santé mentale, selon une étude
Vous faites des insomnies ? Votre tendance à procrastiner y est peut-être pour quelque chose