Comment expliquer la phobie de la constipation ?

·1 min de lecture

Aller à la selle est une fonction aussi naturelle que de respirer. Mais parfois la tâche peut s’avérer ardue. De quoi angoisser certains…

À l’idée de partir l’été en circuit organisé, Éléonore blêmit. Tandis que ses compagnons de voyage se délecteront de paysages extraordinaires, cette professeure des écoles sait déjà qu’elle n’aura qu’une idée en tête : trouver une solution pour aller aux toilettes le lendemain matin. Par peur d’avoir une envie pressante au moment du top départ et de mettre le groupe en retard, la jeune femme se retient systématiquement après le petit-déjeuner. Le coche matinal raté, c’est foutu. D’autant qu’elle n’a aucune envie de s’isoler en excursion pour faire ses besoins en pleine nature. Au bout de quelques jours, elle ne pense plus qu’à ça. « J’imagine mes déchets s’accumuler et fermenter dans mon colon jusqu’à provoquer une occlusion intestinale, lâche-t-elle avec dégoût. Autant vous dire que l’idée d’avaler la moindre nourriture me donne alors la nausée. »

À lire >> Aviophobie : « J’étais persuadée que j’allais mourir »

Qu’est-ce que l’apopathodiaphulatophobie ?

Éléonore souffre d’apopathodiaphulatophobie, qui est la peur démesurée d’être constipé. Une phobie plus fréquente qu’on ne l’imagine, surtout chez les femmes. L’apopathodiaphulatophobe est persuadé que s’il ne va pas suffisamment souvent à la selle, il tombera malade. Qu’il souffre ou non de constipation, la seule perspective d’être « bloqué » suffit à l’angoisser.

D’où vient l’apopathodiaphulatophobie ?

« A...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles