Explosion de la rue de Trévise : quatre ans après, les victimes se battent pour être indemnisées

© SIPA

Les associations de victimes de l’explosion de la rue de Trévise déplorent les lourdeurs et lenteurs de la procédure d’indemnisation, quatre ans après le drame commémoré jeudi dans cette artère du centre de Paris.

« Il y a beaucoup de blocages », regrette Dominique Paris, présidente de l’association Trévise Ensemble selon laquelle « des dossiers versés en juin n’ont toujours pas reçu d’offre ». Fin novembre 2022, près d’un an après l’annonce d’un accord-cadre permettant des indemnisations sans attendre les issues judiciaires, seulement huit victimes avaient été indemnisées pour un montant total de 107 000 euros. Bien loin des quelque 400 victimes rassemblées par les deux associations, et au regard des 20 millions d’euros abondés par la Ville de Paris pour le fonds d’indemnisation.

« C’est un travail colossal qui nous replonge dans le sinistre, 4 ans après », ajoute-t-elle. Le 12 janvier 2019, une très forte détonation provoquée par une fuite de gaz devant le 6 rue de Trévise avait fait 4 morts, 66 blessés et quelque 400 riverains sinistrés. « On pensait que ça allait être fluide mais ça ne l’est pas », abonde Linda Zaourar, présidente de Vret (Victimes et rescapés de l’explosion de la rue de Trévise), l’autre association. Elle reproche à l’expert en sinistres Sedgwick, gestionnaire du dossier, des « difficultés » ou des « refus » pour « ouvrir des dossiers », mais aussi des « discussions sans fin pour discuter des préjudices ».

LIRE AUSSI >> Violences sexuelles dans l’Église : comment la Commission Reconnaissance et Réparation accompagne-t-elle les victimes ?

Procédure particulièrement lourde

Réuni...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi