Expo : Yves Saint Laurent en majesté au musée des Tissus

Créateur de génie, Yves Saint Laurent était un couturier au vrai sens du terme. Aujourd’hui, les grandes maisons se dotent de directeurs artistiques qui ne savent plus ce qu’est une aiguille. Saint Laurent, lui, pouvait coudre une robe de ses mains. « Il connaissait les tissus mieux que quiconque. Il avait cette connaissance intime de la matière que tous les créateurs n’ont pas forcément. C’est le tissu qui lui donnait l’idée d’une robe », explique Aurélie Samuel, commissaire de l’exposition conjointement organisée par le musée des Tissus de Lyon et le musée Yves Saint Laurent de Paris dont elle est directrice des collections. C’est ce rapport à la matière que l’exposition du musée des Tissus entend explorer, à travers vingt-cinq pièces d'exception, dont certaines jamais montrées au public.

Pourquoi Lyon ? Parce que Saint Laurent et les grandes maisons de la ville des soyeux ont toujours travaillé en étroite collaboration. Selon un rituel bien établi. Les fournisseurs envoyaient leurs échantillons au maître, qui choisissait les étoffes qui serviraient à élaborer ses créations : taffetas et Cigaline de chez Bucol, mousseline de chez Bianchini-Férier, velours de chez Bouton Renaud, lamé or de chez Brochier... Ces noms n’évoquent pas grand-chose pour le néophyte, mais ce sont les plus prestigieux fabricants de tissus d’une ville qui s’est taillée depuis le XVIIIe siècle une réputation mondiale dans le secteur.

Les organisateurs de cet événement ont longuement enquêté : « Nous sommes partis des archives du musée Saint Laurent pour retrouver les noms des fournisseurs, explique Aurélie Samuel. Chacun d’entre eux avait un tissu particulier. Nous sommes ensuite allés les voir pour retrouver les tissus. C’était très excitant. » Un travail facilité par l’extraordinaire richesse du fonds Yves Saint Laurent. Tout a été gardé, ou presque, après la mort du créateur. « Nous voulions montrer que cette haute couture et l’industrie textile se sont fait vivre toutes les deux », souligne

(...) Cliquez ici pour voir la suite