Expulsion du stérilet : cet effet indésirable dont on parle peu

Si la pilule reste le premier moyen de contraception des Françaises, son utilisation continue de baisser. Et ce, au profit du stérilet, également intitulé dispositif intra-utérin (DIU). Les raisons de ce désamour des femmes? Elles sont nombreuses. Pour certaines, il s’agit d’éviter d’avaler un médicament quotidiennement, pour d’autres, ce sont les scandales des pilules de 3e et 4e génération ou plus largement les effets secondaires ou la peur des hormones, qui ont été à l’origine de la décision de changer de moyen de contraception. Sauf que si le stérilet semblait être le compromis idéal, l’ANSM vient de lancer un nouveau pavé dans la mare, qui risque de changer la donne.

Trois modèles suspendus

En effet, face à l'augmentation ces derniers mois d'incidents rapportés par les patientes (chiffres non communiqués par l’ANSM) rencontrés avec trois modèles en cuivre, l’agence du médicament a décidé de les interdire. Les trois modèles Ancora, Novaplus et Sethygyn ont ainsi été rappelés pour des risques d’expulsions spontanées. Un effet secondaire qui pourrait concerner "tous les stérilets" et dont on parle peu. Un article publié dans les colonnes du Huffington Post met d’ailleurs en lumière que même sur le site du gouvernement "choisir sa contraception", l’expulsion n’est pas mentionnée parmi les effets indésirables. Les femmes ne sont pas assez informées à ce sujet.

Que faire si vous êtes concernés par un des trois modèles retirés du marché ?

Si vous êtes concerné, soit que votre moyen de contraception est justement un de ces trois stérilets en cuivre, et que vous suspectez une expulsion spontanée, consultez un gynécologue et envisagez un autre moyen de contraception jusqu’à votre rendez-vous. Surtout si la pose du stérilet date de plus de trois ans, auquel cas son retrait préventif pourrait être envisagé.

En revanche, si le stérilet a été posé il y a moins de trois ans, l’agence ne recommande pas de procéder au retrait préventif. Toutefois, elle conseille aux femmes de rester

(...) Cliquez ici pour voir la suite