Féminicides : Françoise, témoin de l’assassinat de sa mère par son père, demande la mise en place d’un plan national

·1 min de lecture

Décembre 1982. Françoise voit son père tuer sa mère sous ses yeux. Près de 40 ans plus tard, elle se livre pour Simone et Femme Actuelle sur le cauchemar qui a marqué sa vie. “Je suis la fille de Josiane, assassinée par notre géniteur devant ma petite sœur de 10 ans et moi-même, âgée de 13 ans”, commence-t-elle pudiquement. “Elle a été assassinée d’une balle dans le ventre et d’une dans la tête.” L’enfance de Françoise et de sa fratrie se construit dans un terreau de violences conjugales. “Nous avons grandi avec les violences conjugales”, raconte-t-elle. “Elles se manifestaient de plusieurs façons. Notre père rentrait du travail et était alcoolisé, râlait, cassait des choses à la maison, faisait pleurer ma mère et nous, nous avions peur. Ça allait jusqu’au moment où il nous mettait tous les quatre dehors : mon frère, ma sœur, moi et notre mère à la porte de la maison.” Ce soir de décembre 1982, après des années de violence, son père passe à l’acte. Il ne s’agit pas d’un accident, mais d’un meurtre prémédité. “Le 5 décembre 1982, notre géniteur nous mettait une fois de plus à la porte”, se souvient Françoise. “Ma mère a donc décidé de ne plus retourner à la maison. Nous nous y sommes rendus le samedi midi pour fêter la Saint Daniel, sa fête donc. Ma petite sœur et moi avions un cadeau pour lui, on lui a offert. Il a regardé ma mère en lui disant qu’il avait aussi un cadeau pour elle. Il est revenu avec une carabine. Il a tout de suite tiré dans le ventre de ma mère qui est tombée. (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles