Féminicides : un protocole de prise en charge des proches des victimes en Seine-Saint-Denis et dans le Rhône

·1 min de lecture

Protéger et prendre en charge la souffrance des enfants orphelins suite aux violences conjugales : c'est le principe du protocole mis en place dans un hôpital francilien.

60% des enfants témoins des violences conjugales présentent des troubles de stress post-traumatiques. En cas de féminicide, ce taux atteint 100%. C’est 10 à 17 fois plus de troubles comportementaux que pour la population enfantine en général. Perdre ses parents dans des conditions aussi dramatiques comporte des risques importants de présenter un syndrome traumatique qui nécessite des soins, précise le ministère de la Justice. Devant ce constat et afin de protéger les enfants, un partenariat original a été mis en place en 2014 dans le département de Seine- Saint-Denis entre le parquet du tribunal de grande instance de Bobigny, le Centre hospitalier intercommunal Robert Ballanger d’Aulnay-sous-Bois, le Conseil départemental de Seine-Saint-Denis via l’Observatoire des violences envers les femmes et le service de l’aide sociale à l’enfance.

Suite à un féminicide ou à une tentative d’une particulière gravité, le procureur de la république prend en urgence une ordonnance de placement provisoire des enfants. Ils sont alors confiés au service de l’aide sociale à l’enfance pour évaluation et hospitalisés dans le service de pédiatrie de l’hôpital de 3 à 8 jours. Une accompagnante "grand-mère" formée est présente 24/24 pour assurer une présence continue et rassurante auprès des enfants. Le service de pédopsychiatrie se charge également d’assurer l’interface avec le tribunal, la police, les professionnels des services de protection de l’enfance. En 2019, le service suivait 29 enfants. Depuis (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Ce contenu pourrait également vous intéresser :