Féminicides : la Slovaquie en avance ?

Caroline Six

Avec le taux de féminicides le plus bas d'Europe et une présidente à sa tête, le pays est souvent présenté comme le champion de la lutte contre les violences faites aux femmes. Enquête.

Brodée à la façon d'un abécédaire désuet, une phrase attire l'attention quand on entre chez My Mamy, coquette maison pour femmes installée à Presov, à 400 kilomètres de Bratislava, la capitale slovaque. « Tu n'auras plus jamais le pouvoir sur moi, connard, traduit, malicieuse, la directrice de ce refuge pionnier. Cadeau d'une organisation féministe ! Un gros mot, ça fait toujours rire les enfants. Ça détend et ça permet de reconstruire le lien mère-enfant fragilisé par les violences. » Main ferme et regard vif, Apolonia Sejkova, engagée depuis plus de vingt ans dans la lutte contre les violences faites aux femmes, est sceptique quand on lui annonce que la Slovaquie a l'incidence de féminicide* la plus basse d'Europe, selon Eurostat : « Peut-être parce qu'on a peu accès aux armes à feu... » Même réaction chez Zuzana Ocenasova, chercheuse et statisticienne au Centre sur les violences de genres, qui confirme cependant la moyenne annuelle de huit femmes tuées par leur conjoint (ou ex) depuis 2010 : « Un chiffre bas, alors qu'on est loin d'une situation idéale. Les assassinats sont peut-être mal répertoriés par les tribunaux et la société reste terriblement patriarcale. » Avec des disparités fortes entre zones rurales et zones urbaines, précise Lubica Rozborova, qui était chargée de ces questions au ministère du Travail et de la Famille de 2015 à 2018, et qui rappelle que la Slovaquie se traîne à l'antépénultième place du Gender...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi