Fêtes de fin d’année : du foie gras plus cher mais aussi plus rare

© t sableaux/ iStock Images

Entre une vague de propagation de la grippe aviaire, et l’augmentation des coûts de production, la filière du foie gras connaît une crise à plusieurs échelles.

Cela fait plusieurs mois maintenant que l’inflation est dans toutes les conversations. Énergie, carburant mais aussi services : la plupart des secteurs du quotidien sont touchés. Bien évidemment, l’alimentation n’est pas épargnée. Si le prix de nombreux aliments a flambé, à l’approche des fêtes de fins d’année, ce sont les produits festifs qui sont menacés par la crise. Parmi ces derniers, le foie gras n’échappe pas à la hausse des prix. Selon le CIFOG (Comité Interprofessionnel des Palmipèdes à Foie Gras), il connaîtrait d’ailleurs une augmentation de 25% à l’arrivée du mois de décembre. En grande surface, il faudra compter en moyenne 50 à 80 centimes supplémentaires pour une part de 40g de foie gras, soit 1,25 à 2€ de plus pour un bloc de 100g.

Une propagation virale aux nombreuses répercussions

Cette hausse de prix, favorisée par la vague d’inflation qui touche l’ensemble des pays Européens, est surtout directement liée aux coûts de production croissants pour les éleveurs, et la grippe aviaire, particulièrement virulente cet été. Depuis les sept dernières années, la France a fait face à quatre vagues d’influenza aviaire. En 2022, pour la première fois de l’histoire, le virus H5N1, à l’origine de la grippe aviaire, a gravement touché le Sud-Ouest de l’hexagone, mais également le Pays de la Loire. Une région où se trouve la plus grande majorité des élevages de canards reproducteurs, et plus de 70% des...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi