Fabrice Luchini : « Je suis au service de ce qui est écrit »

Anne Michelet

Cet acteur est génial et peut tout jouer, du film d’auteur au registre plus populaire, comme dans « Le meilleur reste à venir », d’Alexandre de La Patellière et Matthieu Delaporte. Brillant et instinctif, Fabrice Luchini triomphe sur scène. Aussi est-ce un rare privilège de le retrouver.

Après Alice et le Maire, vous avez été séduit par ce scénario ?
Fabrice Luchini - 
J’avais aimé le Prénom, qui a été un triomphe au théâtre et au cinéma. Alexandre de La Patellière et Matthieu Delaporte sont forts, ils sont très malins pour créer de l’engouement émotionnel comme le public aime. Ce film est très, très drôle, avec des répliques inouïes sur un sujet dont on oublie la gravité.

Comment avez-vous travaillé avec ce duo d’auteurs réalisateurs ?
Fabrice Luchini - 
J’ai adoré me sentir « du bâtiment », comme disait mon psychanalyste. J’aime les gens qui sont du métier, et Alexandre de La Patellière et Matthieu Delaporte pratiquent un art que je respecte énormément, le grand boulevard, comme Francis Veber. De manière générale, je préfère les gens qui font rire à ceux qui font pleurer, la mécanique du rire étant beaucoup plus exigeante. Ces deux réalisateurs tournent pour le public et possèdent un vrai don, car ils font pleurer de rire les gens dans les salles de cinéma. L’émotion ne retombe jamais.

Est-il vrai que vous connaissez aussi les textes de vos partenaires ?
Fabrice Luchini - 
Généralement, j’arrive sur le plateau avec au moins quatre semaines de répétition. Chacun sa méthode, car le boulot n’est pas forcément une garantie de talent. De mon côté, pour comprendre mes rôles, je m’approche de la globalité de la partition écrite. Vu que, dans ce film-là, les dial...Lire la suite sur Femina.fr

A lire aussi