Et si le dressing de demain renfermait des vêtements fabriqués avec du pain rassis ?

Katia Rimbert
Journaliste
Et si le dressing de demain renfermait des vêtements fabriqués avec du pain rassis ?

Parmi les démarches écolos qui méritent le détour, on est tombé sur des tests laboratoires qui promettent de fabriquer des fibres textiles à partir de pain rassis. Oui, les bouts de pain durs que vous jetez à tour de bras pourraient se transformer en une jolie petite robe ou un pantalon. Et ainsi diminuer drastiquement nos déchets.

Imaginez que votre baguette entamée, votre miche de pain dure comme du bois ou le brioche tranchée qui a séché bien trop vite aient une seconde vie ? Autre que finir en pain perdu. C’est ce qu’a testé l’université de Borås en Suède après avoir fait un constat assez atterrant : les Suédois jettent environ 4,5 kilos de pain par an et par habitant. Ce qui fait donc de cet aliment l’un des plus gaspillés du pays. Ne faites pas trop les malins, la statistique est la même en France.

Sa baguette sous le bras

Les chercheurs ont mené une étude dirigée par Akram Zamani. Ils ont réussi à former des fibres textiles à partir de pain dur récupéré dans un supermarché. Une fois broyés, ces restes sont placés dans un bioréacteur. On vous a perdus ? Ne vous inquiétez pas, ce n’est pas très compliqué à comprendre.

Le but de l’opération, c’est qu’un champignon filamenteux (en gros, un truc qui fait des fils quoi) puisse se développer. On pourrait comparer ça au processus de fermentation ou à la formation d’un compost. On vous passe les détails techniques mais, in fine, des fibres se forment à l’intérieur de ce champignon. Et c’est à partir de celles-ci que les scientifiques sont parvenus à obtenir du fil… De pain. Et ça ressemble à ça :

Il est donc possible de fabriquer des vêtements biodégradables, puisqu’ils sont compostables, à partir de ce textile 100% naturel. Vous avez compris l’idée : non seulement cela permet d’arrêter de gaspiller des denrées alimentaires et de faire déborder nos poubelles mais aussi de mettre un bon coup de pied aux fesses de l’industrie textile. De quoi faire bouger les choses, ou du moins faire réfléchir les industriels. C’est déjà ça. Et puis qui sait, certains vont peut-être y voir une sacrée opportunité financière et investir dans le prêt-à-porter du futur.

Il va falloir être patient.e

La bonne nouvelle c’est que, selon les chercheurs, cette méthode permettrait de produire un tissu (à peu près similaire à de la feutrine) qui serait utilisé aussi bien dans la mode que dans l’ameublement ou le domaine médical. La mauvaise, c’est que ce ne sera pas avant (au moins) quatre ans. La faute aux tests en laboratoires ultra longs pour vérifier que ce fil peut réellement être exploité.

Ne commencez pas à vider tout votre dressing, vous n’allez pas changer l’intégralité de votre garde-robe tout de suite. En revanche, vous pouvez essayer de jeter (ou d’acheter) moins de pain et faire votre éternel pain perdu pour recycler la tradition qui a perdu son moelleux.