Comment faire des copeaux de chocolat ?

Les bonnes techniques pour faire des copeaux de chocolat maison

Faire des copeaux de chocolat est facile, mais ne s’improvise pas tout à fait. Pour ne pas y passer trop de temps, mieux vaut adopter la bonne technique. Selon ce que vous préférez ou les outils que vous avez sous la main, deux possibilités principales s’offrent à vous.

La première technique consiste à utiliser un économe. Il s’agit alors tout simplement d’éplucher votre tablette de chocolat ! Calez-la bien contre vous et procédez comme avec un légume. Dans la même veine, vous pouvez poser votre tablette sur le plan de travail, la caler grâce à une butée et venir râper le chocolat en frottant la surface de la tablette avec la lame d’un gros couteau à découper. Vous obtiendrez ainsi une avalanche de copeaux, que vous pouvez ensuite conserver tout simplement au frais dans une boîte hermétique.

Plus que des petits morceaux de chocolat, vous recherchez plutôt à faire de longs fils pour une décoration aérienne ? Armez-vous de votre rouleau à pâtisserie et emballez-le avec du papier cuisson. Pour faire tenir la feuille, utilisez simplement des élastiques, à enrouler autour des poignées du rouleau. Faites fondre votre chocolat au bain-marie puis transvasez-le dans une poche à douille. Dessinez alors des fils de chocolat sur toute la longueur du rouleau. Placez le tout au congélateur durant une demi-heure. Le chocolat aura alors durci dans sa forme de cheveux d’ange et sera prêt à être retiré délicatement et utilisé pour décorer les gâteaux de Noël ou en toute autre occasion festive.

Nos conseils pour réaliser des copeaux de chocolat au robot

Vous êtes équipée d’un robot cuiseur ? Sortez-le pour réaliser vos copeaux de chocolat en quelques minutes ! Avec un Cookeo, équipez le bol du batteur souple et chauffez à 60 °C si votre chocolat est noir, 10 °C de moins en cas de chocolat blanc ou au lait. Dès que le chocolat est fondu, mélangez bien et étalez-le sur une plaque de cuisson recouverte de papier sulfurisé. Laissez

(...) Cliquez ici pour voir la suite