Faire du sport permet de se muscler le cerveau

Les preuves scientifiques montrent que lors du vieillissement, l'activité physique contribue à prévenir la dégénérescence du cerveau. | Lucas van Oort via Unsplash
Les preuves scientifiques montrent que lors du vieillissement, l'activité physique contribue à prévenir la dégénérescence du cerveau. | Lucas van Oort via Unsplash

«Mens sana in corpore sano», un esprit sain dans un corps sain. On utilise souvent cette citation pour mettre en avant l'effet bénéfique qu'aurait l'activité physique sur les capacités mentales. En réalité, la phrase, qui apparaît dans la «Satire X» écrite par le poète latin Juvénal vers le IIᵉ siècle, va plus loin: elle indique qu'il faut prier afin d'avoir un esprit sain dans un corps sain («Orandum est ut sit mens sana in corpore sano»).

En dehors de cette approximation littéraire, que peut-on dire, physiologiquement, des avantages de garder un corps sain, équilibré et exercé pour notre cerveau? L'exercice peut-il vraiment contribuer à maintenir nos capacités mentales et cérébrales? Eh bien oui. Il existe de nombreuses données scientifiques allant dans ce sens, notamment en ce qui concerne les conséquences du vieillissement.

Le cerveau s'amincit avec l'âge

En vieillissant, nos tissus et nos organes s'altèrent. La capacité des cellules à se multiplier, à se réparer et, ainsi, à rester fonctionnelles diminue, ce qui s'accompagne d'une perte progressive de tissus. Il est, par exemple, plus difficile de conserver une musculature développée... Ce phénomène se produit également dans le cerveau, avec pour conséquence une neurodégénérescence, ou une perte de neurones.

Concrètement, que ce soit lors de pathologies (comme la maladie d'Alzheimer) ou au cours du vieillissement normal, différents changements se produisent:

un amincissement de la zone corticale (zones superficielles);

une perte de substance grise (corps des neurones) et de substance blanche (voies nerveuses, axones des neurones);

une augmentation du volume des ventricules (ensemble de cavités à l'intérieur du cerveau où circule le liquide céphalorachidien);

et une diminution du nombre de neurones dans différentes zones, notamment dans l'hippocampe...

Lire la suite sur Slate.fr.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles