« On le fait ? On ne le fait pas ? » : le dilemme du nouvel an en pleine cinquième vague

·2 min de lecture

Cette année, aucune mesure restrictive n’est prévue pour le réveillon. Mais avec l’explosion des cas de covid, certains hésitent à célébrer ce moment tant attendu. 

« Je ne sais pas si je vais prendre le risque d’y aller. » Comme de nombreux Français, Arnaud, 23 ans, avait prévu sa soirée du Nouvel An depuis des mois. Ses amis et lui ont loué un chalet à la montagne pour célébrer au mieux le passage à la nouvelle année. Au menu de la soirée : retrouvailles, bonne humeur, et surtout, grosse fête. Mais ça, c’était avant la cinquième vague de covid, qui sévit depuis plusieurs semaines. La France connait en effet les « pires chiffres depuis le début de la pandémie », selon le ministre de la Santé, Olivier Véran. La barre symbolique des 100 000 cas positifs en 24 heures a ainsi été franchie le 25 décembre.  

Lire aussi >> Covid 19 : que faire pour les enfants de 5-12 ans ?

Arnaud est donc face à un nouveau dilemme : faut-il se rendre à cette soirée ? « C’est la première fois que je vois autour de moi autant de gens qui choppent le covid ou qui sont cas contact. Après ce Nouvel An, j’ai quinze jours de vacances, j’aimerais ne pas être bloqué. Surtout qu’un de mes amis, déjà présent dans le chalet, est cas contact. Pour l’instant, je penche plus vers le “non” que vers le “oui” », confie-t-il.  

Une grosse soirée avec une vingtaine de personnes ?  « Impossible » 

Si le jeune homme est encore hésitant, Margaux, elle, a pris sa décision. « J’avais une fête prévue à Noirmoutier avec 30 personnes. J’ai tout annulé et je n’y vais pas. Je vais rester avec mon copain, devant un...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles