“La famille aurait pu exploser" : Claude Chirac se confie sur l'anorexie mentale de sa soeur Laurence

Pour Claude Chirac, "il y a eu un avant et un après" la mort de sa soeur. Dans un long portrait que lui consacre M le magazine du Monde ce vendredi 3 janvier 2020, elle revient sur les drames de sa vie. Alors qu’elle n’a que dix ans, elle doit affronter la maladie de sa soeur Laurence, atteinte d’anorexie mentale sévère. Sa soeur, de cinq ans son aînée, tente à plusieurs reprises de mettre fin à ses jours. Entre les deux jeunes femmes, “les rôles se sont inversés”. Elle se souvient ainsi : “De petite sœur, je suis devenue grande sœur”. Et de poursuivre : "Tout change brutalement et définitivement. L'attention se déplace sur la personne fragilisée. J'ai dû grandir beaucoup plus vite que je ne l'aurais fait autrement. Mes parents ont compté sur moi très tôt. Malgré mon jeune âge, il fallait faire face. Ils ne m'ont protégée de rien. Ils attendaient de moi que je ne crée pas d'ennuis", a confié la mère de famille de 56 ans.

Selon elle, la souffrance de sa soeur, qui aurait pu détruire son clan, l’a soudé : “La famille aurait pu exploser, ça nous a au contraire soudés à vie, arrimés les uns aux autres. Ceux qui ont cherché à nous opposer avec ma mère n’ont rien compris : nous sommes très unies, nous avons vécu une épreuve de vie qui est un ciment”. Quant à sa relation avec sa soeur, elle se souvient : “L’affection et la complicité, qui s’étaient nouées dans l’enfance, sont restées intactes, jusqu’à la fin”.

Laurence, qui a décroché son doctorat de médecine en 1987, vit recluse dans un appartement parisien loin du monde qu’elle n’arrive pas à supporter. Elle finit par être emportée par la maladie en avril 2016 à l’âge de 58 ans. "C’est le drame de ma vie", racontait Jacques Chirac en 2007 dans un livre-entretien avec Pierre Péan. Après avoir pris soin de Laurence et accompagné l’ancien chef d’Etat jusqu’à la fin, Claude Chirac fait désormais de sa mère sa priorité. "Je suis une femme de devoir", assure au Monde celle qui estime qu’il n’est "pas encore" temps de vivre pour

(...) Cliquez ici pour voir la suite