Elle Fanning, membre du jury, victime d'un malaise à Cannes

Charlotte Arnaud

La plus jeune membre du jury s'est évanouie lors d'une soirée lundi soir. La délicate Aurore de la saga Maléfique a depuis rassuré ses fans et les organisateurs.

Lors du dîner organisé pour la remise du Trophée Chopard, en marge du Festival de Cannes, la plus jeune membre du jury de la 72e édition a perdu connaissance... et a chuté de sa chaise. Elle Fanning a été secourue par sa sœur Dakota, assise à ses côtés, et l'acteur britannique Colin Firth, avant d'être escortée par la sécurité. Ce qui aurait pu faire une scène de film à la Sofia Coppola s'est heureusement bien terminé, comme elle l'a annoncé sur son compte Instagram, le 20 mai.

La cause ? Non pas l'arrivée de l'acteur François Civil, que le délégué général du festival Thierry Frémaux venait tout juste de présenter aux invités, ni le repas. La coupable n'est autre que la robe bustier de l'interprète d'Aurore dans la saga Maléfique, visiblement trop serrée.

Souffrir pour être belle ?


Sur Instagram, l'actrice a rassuré ses abonnés. Sur les coups de 1 heure du matin, et sans la fameuse robe (par ailleurs un très beau modèle vaporeux à fleurs brodées griffé Prada), elle postait une photo de son visage, pouce levé. "Oups, je me suis évanouie ce soir dans ma robe de bal des années 1950 Prada, mais tout va bien !!", dit la légende, ponctuée du hashtag "dresstootight" ("robe trop serrée").

En vidéo, From Cannes With Love avec Camila Coelho,
Aya Nakamura et Xavier Dolan

Tandis que les actrices et autres festivalières font part de leurs expériences douloureuses liées à l'étiquette tu pais rouge cannois, telle Romane Bohringer et ses pieds meurtris, du côté masculin, pas l'ombre d'une plainte pour un smoking trop juste.



Retrouvez cet article sur Figaro.fr

La montée des marches douloureuse de Romane Bohringer
Un mannequin en short : l'apparition qui a pris de court le Festival de Cannes
Isabelle Huppert, étourdissante en fourreau argent sur le tapis rouge cannois
Inscrivez-vous à la newsletter du Figaro Madame