La Fashion Week Hommes s’ancre enfin au 21ème siècle

Plus moderne, plus actuelle et plus provocante, la Fashion Week Hommes nous a abreuvés de looks sensationnels. On fait le point.Pendant six jours, la semaine de la mode de Paris s’est dévouée aux vestiaires de ces messieurs. Et il est vrai que d’ordinaire, la Fashion Week masculine peine à attirer autant d’attention que ses multiples versions dédiées aux femmes. Moins de maisons, un marché beaucoup plus frileux et moins de célébrités de premier plan font que cette toute première Fashion Week de l’année pâtit d’une moindre exposition. Il faut dire aussi que longtemps, la mode homme s’est démarquée par une très grande austérité. A l’heure où le dressing féminin se paraît de tous ses plus beaux artifices, les vêtements pour homme, eux, devaient rester soit élégant, soit sportswear. Et oui, le patriarcat et la virilité abusive découlent aussi sur la mode. Mais depuis quelques saisons, un vrai changement s’applique aux maisons de mode masculines. De nouveaux labels, jeunes, visionnaires et aimant le goût du risque viennent redéfinir le lexique mode masculin quand des créateurs venant de tous horizons prennent les rennes des maisons de couture ancestrales. Et la preuve lors cette Fashion Week Homme automne-hiver 2023/2024, qui nous a laissé bouche bée à chaque journée qui passait. Une émulation d’idée, un bouillonnement révolutionnaire et une confusion des genres qui faisait du bien à voir. Des créateurs émergents ont pu affirmer leur identité et entrer dans la cour des grands. On pense notamment à Louis Gabriel Nouchi qui est en passe de devenir une référence dans le menswear parisien. Le label Egonlab a également pu rendre homme à l’immense Vivienne Westwood grâce à des looks audacieux et qui ne s’excusent pas. C’est ce que l’on recherche sur une Fashion Week Hommes. De l’élégance quasiment androgyneAlors que la question du genre balaie les vieux stéréotypes de la société, la mode en est encore une fois bel et bien le reflet. Comment continuer à vendre des vêtements si on ne se baisse pas pour regarder ce qui fait vibrer sa clientèle. En effet, aujourd’hui, les vestiaires masculins et féminins sont de plus en plus liés, sans réelle différenciation et ça se voit sur les podiums. Saint Laurent, qui a toujours imaginé un style à la limite de l’androgynie -autant d’un côté comme de l’autre- a cette fois-ci créé de vraies pièces no-gender, portées par des mannequins homme, et à l’esthétique insensée. Des cols lavallières de grande bourgeoise, des robes pulls moulantes ou même des capes grand soir à la manière de la fameuse petite robe noire. Bluffant. Même schéma chez Kim Jones pour Dior Hommes qui affuble ses modèles de tops longs en cuir jaune, des jupes plissées et de mini cardigans adorables. Et que dire de Casablanca, sans doute l’un des meilleurs défilés de la saison, qui a mis à l’honneur la jeunesse du Moyen-Orient avec une mode opulente, non-genrée et voyante. Un spectacle nécessaire. Voici les plus beaux looks, en images.