Fausse couche : des entreprises françaises instaurent un congé spécial

Malgré si la parole se libère, notamment chez des personnalités publiques, les fausses couches sont encore un tabou. Pourtant, elles touchent une femme sur dix selon une étude de The Lancet (source 1). Une fausse couche est un événement traumatisant, vécu comme un deuil. C'est pourquoi certaines entreprises proposent un congé spécial pour le bien-être de leurs salariés.

L'Oréal, Kelloggs... des entreprises françaises prennent les devants

En mai 2022, pour la première fois en France, l'entreprise de conseil Critizr ouvre la voie en instaurant 5 jours de congés pour ses salariées qui subissent une fausse couche, ainsi que 2 jours pour l'autre parent.

Un mois plus tard, la société de céréales Kellogg France met en place des "congés supplémentaires rémunérés à 100 % par la société pour tous les collaborateurs en cas de perte, d’interruption de grossesse ou de traitement de la fertilité", selon un communiqué (source 2).

En octobre, c'est au tour de L'Oréal de proposer un congé de 3 jours en cas de fausse couche mais aussi d'endométriose.

Bientôt une loi en France ?

Depuis 2021 en Nouvelle-Zélande, toutes les femmes (ainsi que leur conjoint) subissant une fausse couche ont droit à trois jours de congés. Dans le but de faire de même en France,...

Lire la suite