Maxime Chattam raconte avec humour son étrange premier rencard avec Faustine Bollaert

Ce lundi 25 novembre, Maxime Chattam était l’invité de Daphné Burki dans Je t’aime, etc. sur France 2. A 43 ans, l’auteur est venu présenter son nouveau livre intitulé Un(e)secte (Ed. Albin Michel). L’occasion pour l’animatrice de révéler les objets insolites et terrifiants qu’il garde dans son bureau. Une momie, un vrai crâne, un stylo fait à partir d'une épave du Titanic… “Des objets avec du vécu comme on dit” qui effraient sa compagne, précise la présentatrice. “Faustine Bollaert, me disait que le soir si vous n’êtes pas dans le coin, elle ferme à clef le bureau. Elle a besoin de fermer à clef le bureau pour se sentir en sécurité chez elle”.

Amusé par ces révélations, l’écrivain en profite pour raconter son premier rencard avec celle qu’il a épousée en 2012. “Il faut quand même préciser que pour la draguer ma femme, première soirée, on fait un dîner normal… Puis à un moment, je me dis ‘je ne peux pas la laisser passer’”. Pour la séduire, il raconte avoir “sorti le grand jeu”. “Ça a été de l’emmener se promener dans un hôpital abandonné. On a bu du champagne sur le toit en regardant les étoiles entourés des âmes de tous ces gens”. "Vous étiez déjà célèbre rassurez-moi. Parce que si un inconnu m'y emmène...", lui a alors lancé la chroniqueuse Caroline Diament.

⋙ Sophie Davant évoque les rumeurs de mésentente avec Faustine Bollaert et Daphné Bürki : "On a trois personnalités différentes"

Un rendez-vous "extrêmement romantique" dont s’est souvenue l’animatrice de Ça commence aujourd’hui, sur le plateau de C à vous (France 5). "On a passé notre après-midi à regarder les vieilles radios qui traînaient, à essayer de passer dans des petits passages secrets dans cet hôpital désaffecté qui faisait très très peur et du coup j'ai dû me blottir dans ses bras, ça a dû commencer comme ça". C’est ainsi qu’à débuté leur belle histoire d'amour après leur coup de foudre chez Europe 1. Depuis, ils sont les heureux parents d’Abbie (6 ans) et Peter (4 ans).

A lire aussi : Vidéo - “Vivement

(...) Cliquez ici pour voir la suite