Faut-il adopter le jeûne de dopamine, la tendance bien-être qui cartonne ?

La tendance bien-être issue de la Sillicon Valley divise : faire un jeûne de dopamine permet-il réellement d'apprécier davantage les plaisirs de la vie ? On fait le point.

Les tendances bien-être, c'est comme de la mauvaise herbe. Ça pousse de tous les côtés et il en existe des bien plus utiles que d'autres. Dernière (plus ou moins) en date : le jeûne de dopamine. Une mode venue de la Sillicon Valley et prônée par Dr Cameron Sepah, psychologue et professeur à UCSF Medical School que les hauts dirigeants s'arrachent (il assure les rendre "plus efficaces, et moins stressés", rien que ça). Selon lui, le procédé qu'il préfère nommer "jeûne de stimulation" permettrait, après sa pratique assidue, d'apprécier davantage les plaisirs de la vie. Avouons-le, c'est tentant. Surtout si par petits plaisirs, l'expert entend gourmandises culinaires, on est tout ouïe. Mais alors, en quoi ce concept consiste-t-il exactement ? Quelle est l'astuce pour savourer - encore plus si possible - le coulant tout chaud d'un mi-cuit au chocolat acheté en pâtisserie ? Réponse.

Le jeûne de dopamine, c'est quoi ?

Déjà, définissons le terme. La dopamine est, d'après Wikipédia, "un neurotransmetteur, une molécule biochimique qui permet la communication au sein du système nerveux, et l'une de celles qui influent directement sur le comportement". Grâce à elle, dans le règne animal, le plaisir ressenti est exacerbé lorsque l'action entreprise est bénéfique. Comprenez, si un mammifère mange un aliment sain, il l'aimera d'autant plus. Une sorte d'aiguillage aidant à la survie des espèces. Chez les humains, elle intervient aussi sur des plaisirs plus abstraits, comme la musique, le cinéma, et plus récemment, l'utilisation de notre smartphone.

Sauf que ces tentations omniprésentes sont si faciles d'accès qu'on serait quasiment shooté·es à la dopamine à force d'y céder. Résultat, on ne les apprécie plus autant qu'avant et on en redemande toujours plus. C'est là qu'intervient la notion de jeûne. Le principe instauré par Dr Sepah serait ainsi de stopper toute activité créant de la dopamine (téléphone, musique, télé, Netflix,... Lire la suite sur le site Terrafemina
5 conseils pour être (enfin) prise au sérieux au travail
8 tactiques pour (enfin) dormir avec un homme qui ronfle
Transformer des yeux marrons en yeux bleus ? C'est maintenant possible
Grands-parents : ces 18 étapes qui vous ont filé un coup de vieux
10 mannequins différents qui font du bien à la mode