"Faut que tu arrêtes !" : Bruno Guillon réprimande son fils Anatole en pleine émission

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Lui qui n'avait rien demandé ! Comme tous les matins à 11h30, Bruno Guillon retrouve les téléspectateurs de France 2 pour un nouvel épisode de Chacun son tour, sa toute nouvelle émission qui a remplacé Les Z'amours en août. Et comme à son habitude, l'animateur de Fun Radio et RTL a profité d'une question pour faire une petite blague à l'un des candidats. Alors qu'un certain Guillaume tentait de répondre à une question sur un problème de mathématiques, Bruno Guillon a soudainement eu une pensée pour son fils, Anatole, fruit de son histoire d'amour avec Marion Guillon, son épouse depuis plus de 20 ans. Si le présentateur de France 2 a toujours tenu à protéger l'anonymat de sa petite famille, surtout sur les réseaux sociaux, il est en revanche le premier à leur faire des clins d'œil émouvants durant son émission.

"Si une entrée pour le match de Nantes coûte 7 euros, combien paierez-vous au total si vous y allez avec cinq copains ?", demande Bruno Guillon. Après un court moment d'hésitation, Guillaume répond : "42", et remporte la manche. Cependant, une petite annotation est venue se glisser sur les fiches de Bruno Guillon : "Des fois, j'ai des petites solutions pour les réponses et là, il y a marqué : 'Vous y croiserez peut-être Karembeu", explique l'animateur. Et d'ajouter avec humour : "J'adore mon fils mais il faut que tu arrêtes de balancer des vannes sur la tablette ! Les gens vont le voir Anatole !"

Le 8 mai 2020, Bruno Guillon s'était confié sur la personnalité de son fils (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles