Il faut avoir goûté ce mets au moins une fois dans sa vie, selon Julie Andrieu, et il fait des merveilles avec des pâtes

C.B
·1 min de lecture

On dit d'elle qu'elle est le caviar de la Méditerranée. Et selon Julie Andrieu, il faut avoir testé sa saveur iodée et amer au moins une fois dans sa vie.

Les grands chefs en raffolent. La poutargue, également appelée boutargue, fait partie de ces mets d’exception qu’il faut avoir goûté au moins une fois dans sa vie. Et ce n’est pas Julie Andrieu qui dira le contraire. « La poutargue est un de mes aliments favoris. Ces œufs de mulets salés et séchés sont considérés comme le caviar de la Méditerranée », explique l’animatrice des Carnets de Julie sur son compte Instagram. Pourtant, le grand public peine encore à connaître la poutargue, peut-être à cause de son prix : une trentaine d’euros pour 150 grammes.

« Le goût de la poutargue est très marqué, iodé et amer »

Connu depuis l’antiquité, ce mets, enduit de cire, qui se présente sous forme oblongue, se déguste dans de nombreux pays du bassin méditerranéen, de l’Algérie à l’Italie, en passant par la Grèce ou le Portugal. En France, la ville de Martigues, près de Marseille, en a fait sa spécialité. « Selon moi, la puissance aromatique des œufs de mulets dépasse celle des œufs d’esturgeon, mais les avis sont très partagés car le goût de la poutargue est très marqué, iodé et amer, confie Julie Andrieu. Quel que soit votre avis, il faut avoir gouté la poutargue une fois dans sa vie ! ». Si certains dégustent la poutargue simplement râpée sur un toast badigeonné de beurre ou d’huile d’olive, elle fait également des merveilles avec un poisson ou un légume. Julie Andrieu, elle, adore l’accommoder...

Lire la suite sur Femina.fr

A lire aussi