Les faux-cils magnétiques : c’est quoi ?

Les faux-cils permettent d’ajouter du volume à vos cils naturels le temps d’une journée ou d’une soirée. La plupart du temps, il s’agit de les fixer avec de la colle spécifique. Mais aujourd’hui, il existe un autre type de faux cils qui sont aimantés. Et c'est magique !

Les faux-cils magnétiques : c’est quoi et pour qui ?

Poser des franges de cils artificielles est parfois compliqué, car il faut les manier avec soin et les coller avec précision. Comme les faux-cils classiques, les magnétiques existent en plusieurs tailles, du volume le plus épais à la frange la plus naturelle et fine. Ainsi, vous avez le choix et pouvez les adapter à vos looks et vos envies.

La journée, préférez des bandes légères et le soir, mettez le paquet avec un volume vertigineux. En plus, vous pouvez les porter seuls ou en finition d’un make-up sophistiqué comme un smoky-eye, idéal pour créer un look de soirée. Ces faux-cils sont plutôt abordables : leur prix se situe généralement entre 10 et 60 euros la paire réutilisable. Ces tarifs varient en fonction de la qualité des aimants et des fibres utilisées, choisissez ceux qui vous conviennent le mieux !

Comment poser et retirer des faux-cils magnétiques ?

Exit la colle difficile à utiliser, les faux-cils se posent maintenant grâce à des aimants. Le concept ? Placez deux franges de faux-cils : l’une au dessus de vos cils et l’autre juste en dessous. Résultat, vos véritables cils se retrouvent entre les faux-cils magnétiques. Les aimants doivent être très petits et les deux franges assez fines pour que le résultat soit naturel. En effet, si vous choisissez des faux-cils trop épais, cela va créer une impression de paquet et cela peut alourdir votre regard. Sachez aussi qu’il existe des faux-cils magnétiques qui s’utilisent avec un eye-liner magnétique en plus des aimants, pour assurer une meilleure tenue des franges. Appliquez-le comme un liner traditionnel, puis mettez vos faux-cils magnétiques avant que le liner ne sèche. Le tour est joué.

Vient ensuite

(...) Cliquez ici pour voir la suite