Un faux site "vend" du GHB pour sensibiliser aux dangers de la drogue du violeur

·1 min de lecture

Ces derniers mois, une recrudescence de cas de drogue au GHB a été enregistrée dans plusieurs villes française. A Grenoble, à Caen, à Nantes ou encore à Rennes. Et sur Internet, les recherches aussi sont en hausse.

C'est justement pour alarmer quant à ses dangers, et aux peines encourues par ceux qui l'utiliseraient sur autrui, que l'association parisienne Play Safe a décidé de mettre au point un site factice de vente du GBL, une molécule du GHB. Et ainsi, tendre un piège aux potentiels agresseurs qui chercheraient à s'en procurer.

"Comment violer une femme ?"

L'idée est partie d'un constat glaçant. "Quand on recherchait à l'époque 'HA GBL', il y avait une recherche associée qui apparaissait dans Google qui était : 'comment violer une femme ?'", se souvient Michel Mau, président de Play Safe, au micro de France Inter. Alors, avec les membres de l'organisation, il souhaite agir là où les "drogueurs" s'approvisionnent et s'informent : en ligne.

Le responsable décrit le fonctionnement de l'initiative numérique. "On est parti pour un litre de GBL. On fait ajouter au panier. On croit être dans un site de commerce mais ce n'est pas le cas." Vient le moment de remplir un formulaire où l'acheteur indique son genre, sa région et sa date de naissance, puis un message apparaît : "Ceci n'est pas un site d'achat", lit-il, énumérant les risques et sanctions auxquels ils s'exposent. La détention de GHB ou de ses dérivés est passible de 3 ans...

Lire la suite


À lire aussi

"Recrutez une femme, faites des économies" : la pub pour sensibiliser aux inégalités salariales
Les États-Unis parmi les dix pays les plus dangereux pour les femmes
Oui, le fils de Dwayne Wade porte des faux ongles : et alors ?

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles