Une femme enceinte développe une "allergie" à son propre bébé (pemphigoïde gestationis)

À 32 ans, alors qu'elle en est à son septième mois de grossesse, Fiona Hooker a vu apparaître des plaques rouges boursouflées et irritantes sur son ventre, comme "des piqûres d’ortie". Les démangeaisons deviennent telles que la jeune britannique décide de consulter un dermatologue, explique-t-elle au média Kennedy News and Media. Celui-ci se veut rassurant et lui explique que le corps peut parfois avoir "de drôles de réactions en fin de grossesse".

Mais la future mère n'en est pas à sa première grossesse et le sent bien : quelque chose cloche. Un mois avant son accouchement, les plaques ont recouvert tout son corps et elle décide de se rendre aux urgences de l'hôpital de Basingstoke (Hampshire, Angleterre). Là encore, les médecins mettent ses symptômes sur le compte du stress et de l'angoisse avant l'accouchement. Son bébé est en bonne santé. On lui prescrit des corticoïdes.

Pemphigoïde gestationis : une maladie rare et impressionnante

Mi-juin 2021, Fiona donne naissance à un petit garçon en pleine santé. Mais dans les jours qui suivent l'accouchement, les symptômes cutanés empirent. "Deux jours avant mon terme, cela a recommencé à être insupportable et 24 heures après que j'ai accouché, les plaques sont devenues des cloques. Si je les grattais, cela faisait du bien et faisait temporairement partir la démangeaison, mais j'avais la peau ensanglantée, très douloureuse, et les cloques revenaient...

Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles