"La femme du fossoyeur", une magnifique ode à l'amour en Somalie

·1 min de lecture

Guled (Omar Abdi) guette à proximité de l'hôpital, une pelle à la main. Une ambulance s'approche. Guled accourt. Il s'agit d'un blessé, pas d'un mort. Le fossoyeur n'aura pas de boulot aujourd'hui. Pourtant, il en a besoin de cet argent. Un besoin vital. Sa femme adorée, Nasra (Yasmin Warsame), est gravement malade. Et il faut l'opérer très rapidement. L'opération de Nasra coûte 5000 dollars, le salaire annuel d'un fossoyeur. Comment Guled va-t-il pouvoir réunir cette somme en deux semaines ? Une course contre la mort s'engage. Et Gulud est prêt à tout pour sauver la femme de sa vie. Gagner quelques sous en portant des valises, travailler sur un chantier, voire même retourner "au village" auprès de sa famille qu'il n'a pas vue depuis des années.

Le jeune réalisateur Khadar Ayderus Ahmed est né à Mogadiscio il y a 41 ans. S'il a fui la guerre civile en Somalie à 16 ans, réfugié en Finlande avec sa famille, son pays natal est toujours resté dans son coeur. Pour son premier long-métrage, le cinéaste a donc décidé de nous plonger dans le dédale de pierres, de poussière et de tôle de la banlieue pauvre de Djibouti. Et de nous raconter ce conte tout simple, d'une beauté à pleurer. Une histoire de vie, de mort et d'amour.

Sauver l'amour

Au coeur de ce récit, le couple formé par Guled et Nasra. Elle est frondeuse et spontanée. Lui, calme et réfléchi. D'une scène de douche sensuelle à une...

Lire la suite


À lire aussi

Angelina Jolie déclare son amour aux "femmes maléfiques" (et c'est magnifique)
"La terre des femmes", le magnifique manifeste du féminisme rural
Des photos d'amour magnifiques pour contrer les haineux de la Manif pour tous

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles