Une femme future Première ministre d'Emmanuel Macron, on y croit ?

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Et si le futur Premier ministre était une femme ? C'est une rumeur qui enfle depuis quelques jours, d'un média à l'autre. En cas de réélection le 24 avril prochain, Emmanuel Macron pourrait effectivement nommer, à la place de l'actuel Premier ministre Jean Castex... une Première ministre. C'est ce qu'il a sous-entendu ce vendredi 22 avril sur France Inter.

"Je me bats, d'abord, pour avoir la confiance de nos compatriotes dimanche", a d'abord souligné le candidat. Et cela sera "à la lumière de ces législatives" qu'"il y aura un Premier ministre à choisir" ou "une Première ministre". "Homme ou femme", a-t-il insisté.

Le nom d'Elisabeth Borne avait été évoqué en ce sens, notamment par le magazine l'Obs, dans le cadre de cet éventuel remaniement gouvernemental. Elisabeth Borne a occupé de nombreux postes au sein du quinquennat d'Emmanuel Macron. Elle fut d'abord la ministre chargée des Transports en mai 2017, puis, en juillet 2019, la ministre de la Transition écologique et solidaire, avant d'être nommée ministre du Travail, de l'Emploi et de l'Insertion, au sein du gouvernement Jean Castex.

Une perspective à prendre cependant avec des pincettes puisque le souhait d'Emmanuel Macron de nommer une femme au poste de Premier ministre avait déjà été émis... en 2017. Avec le succès que l'on sait.

Quelle femme Première ministre ?

En outre, ce n'est pas le seul nom qui a été évoqué. Comme le relate le magazine Gala, celui de Christine Lagarde se...

Lire la suite


À lire aussi

Petra De Sutter devient la première femme transgenre ministre en Europe
"Le coronavirus est comme votre femme" : le commentaire d'un ministre indonésien scandalise
Magdalena Andersson devient la première femme Première ministre de Suède

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles