Femmes dirigeantes : la France tire son épingle du jeu

Terrafemina

75% des entreprises françaises comptent au moins une femme dans leur comité exécutif, soit 30% de plus que la moyenne des entreprises européennes, selon une étude Heidrick & Struggles et European Professionnal Women's Network, révélée mardi.

Femmes dirigeantes : la France tire son épingle du jeu
Femmes dirigeantes : la France tire son épingle du jeu


Si aujourd’hui, 45% des entreprises européennes comptent au moins une femme dans leur comité exécutif, selon une étude Heidrick & Struggles et European Professionnal Women’s Network, révélée mardi, elles restent très faiblement représentées par rapport aux hommes. En effet, elles sont en moyenne 6% contre 94% d’hommes. D’autant que pour la plupart, ce poste est récent : 64% ont été nommées il y a moins de deux ans. Et selon le secteur étudié, les résultats peuvent être encore plus mauvais : la proportion de femmes dirigeantes atteint seulement 3% dans le secteur financier, 4% dans les matières premières et 5% dans les télécommunications. En revanche, elles sont mieux intégrées dans les secteurs tels que les biens de consommation (13%), les services (12,5%) ou même l’industrie (12,5%).

Mais d’après cette étude, la France, elle, semble tirer son épingle du jeu. 75% des entreprises françaises comptent en effet au moins une femme dans leur comité exécutif, soit 30% de plus que la moyenne européenne. Et bien que 71% de ces postes sont au sein de divisions fonctionnelles (communication, RH, etc.), le nombre de femmes supervisant une division opérationnelle a lui triplé entre 2006 et 2012.

 

80% des entreprises européennes ont une politique de diversité

Pourtant, l’étude montre par ailleurs que plus de 80% des entreprises européennes ont mis en place une politique de diversité. Elles se sont notamment fixé des objectifs à court terme (56% ont pour horizon 2015) pour augmenter la proportion des femmes dirigeantes. En parallèle, 70% de ces entreprises détiennent et soutiennent un réseau de femmes. En France, 67% des entreprises ont signé un accord sur l’égalité professionnelle hommes/femmes et 47% d’entre elles sont signataires de (...)

Lire la suite de l'article sur terrafemina.com

CAC 40 : 15% de femmes dans les instances dirigeantes en 2011
Les femmes, meilleurs cadres dirigeants que les hommes ?
Femmes et conseils d'administration : l'Europe bloque sur les quotas

La nouvelle Apple Watch est signée Hermès

Nous parlons ici de la version 2.0 de l’Apple Watch mais pas seulement. Elle peut être montée sur un nouveau bracelet signé Hermès. Quoi de neuf sur la nouvelle Apple Watch?  L’intégration d’un GPS, une étanchéité jusqu’à 50 mètres, un écran deux fois plus lumineux, un processeur puissant à double cœur et le système d’exploitation watchOS 3. Dans sa version Hermès, elle propose aussi des cadrans exclusifs inspirés des montres Clipper, Cape Cod et Espace d’Hermès. Aussi, elle est vendue en plus avec un bracelet sport orange Hermès, signé par un clou de selle gravé « Apple Watch Hermès ». Imperméable, léger et souple, confortable et résistant, il convient à toutes les pratiques sportives. Pour les moments de la vie plus chics et dans l’air du temps, le célèbre sellier présente un nouveau bracelet. En plus, une nouvelle manchette double boucle en veau Swift ou veau Epsom dont les lignes ne sont pas si éloignées de celles de l’emblématique sandale dessinée par Pierre Hardy, directeur de création des chaussures et bijoux d’Hermès. A lire aussi : Décorer son Apple Watch grâce aux bracelets Camille Fournet Une nouvelle montre à part entière toujours disponible en deux taille, 38 mm et 42 mm, au prix de 1 749 € lorsqu’elle est montée sur cette fameuse manchette double boucle, dont Pierre-Alexis Dumas, Vice-Président exécutif en charge de la direction artistique d’Hermès se félicite : « Nous sommes unis avec Apple par la même vision, la même quête de l’excellence et de l’authenticité sans aucun compromis, et par la création d’objets aussi beaux que fonctionnels ».  Retrouvez plus de montres sur le compte Instagram de Hervé Borne Lire la suite sur ParisMatch.com